Depuis plusieurs semaines déjà, l’ex-Premier ministre et leader du PTr, Navin Ramgoolam, n’a de cesse de répéter dans les congrès du parti que le pays va à la dérive. Navin Ramgoolam, qui surfe sur les faux pas, scandales, bourdes et remous au gouvernement, a de quoi pour satisfaire son auditoire. À Vacoas où le PTr avait donné rendez-vous à ses partisans à la salle des fêtes de la municipalité, vendredi soir, il a encore une fois commencé son long discours en se disant indigné par les scandales qui pourrissent le pays. Il a évoqué le terrain à bail alloué au fils de Showkutally Soodhun, l’affaire Dayal, le barachois de l’époux de la députée Boygah, Heritage City, le chômage, la dette publique, l’insécurité…
D’emblée, Navin Ramgoolam a lancé à l’assistance: “Le miracle économique n’est pas pour vous, mais pour eux. À vous, on vous demande d’aller travailler en Afrique ou en Arabie Saoudite.” Et comme il a pris l’habitude de le faire depuis qu’il a fait son mea culpa après sa déchéance de décembre 2014, l’ex-PM a reconnu avoir “commis des erreurs.” Mais aujourd’hui, selon lui, les “mam” qui ont viré n’ont leurs yeux que pour pleurer. “On a remplacé une équipe qui progressait et qui faisait progresser le pays”, a-t-il dit. Et d’affirmer qu’il n’y aura pas de deuxième miracle économique. D’ailleurs, le crédit du premier miracle économique, a insisté Navin Ramgoolam, revient au tandem PTr/PMSD. “L’équipe Rambo/magicien, la dream team” de l’Alliance Lepep de la campagne électorale 2014 était, selon lui, une farce.
Le leader des rouges ne s’est pas privé pour en remettre une couche sur l’affaire Euro loan impliquant le nouveau ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo. Ce dernier, a-t-il rappelé, a affirmé que Sir Anerood Jugnauth était au courant  de son prêt de Rs 44 millions contracté auprès de la State Bank of Mauritius. L’ancien PM en est aussi convaincu: “Sinon, comment expliquer que le PM, qui traite son ministre des Finances de menteur, le maintient au Conseil des ministres?” D’autre part, observe-t-il, Vishnu Lutchmeenaraidoo s’est permis de dire à voix haute qu’il ne laissera “personne, même au plus haut dans la hiérarchie, toucher à sa réputation.” Navin Ramgoolam s’est demandé si ce n’est pas de SAJ dont Lutchmeenaraidoo faisait allusion et s’est dit étonné du silence du PM suite à cette déclaration. “Est-ce qu’il n’entend pas?”, a-t-il lancé.
Aux dires du leader du PTr, SAJ ne serait pas en mesure de critiquer, voire de révoquer Vishnu Lutchmeenaraidoo. “Quand Vishnu Lutchmeenaraidoo a balancé: mwa mo pena okenn kont dan offshore Hong Kong, est-ce qu’Anerood Jugnauth a essayé de savoir de qui il s’agissait? Ou s’agit-il de lui-même? Ala larezon kifer Anerood Jugnauth pa pou kapav tous Lutchmeenaraidoo.”