Avec la passe d’armes à distance entre le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et le leader du MMM, au sujet du calendrier des prochaines étapes pour la rédaction de l’accord électoral PTr/MMM, ou encore la question de Deadline, la veillée d’armes sur le plan politique s’annonce délicate. Déjà avec le report de la première séance de travail au Prime Minister’s Office sur cet accord politique avec la participation d’Alan Ganoo, désigné en tant qu’envoyé spécial du leader du MMM, des contacts se sont multipliés dans les deux camps politiques en vue de mettre en place un exercice de Damage Control. Toutefois, il va sans dire que la matinée de ce samedi s’avérera déterminante compte tenu du fait que dans l’après-midi, une réunion spéciale du bureau politique a été convoquée, précédant celle du comité central en vue de « report progress » sur le dossier de l’alliance électorale. Le mood du leader du MMM suite aux développements, plus précisément au non-développement d’hier après-midi, devra peser de tout son poids sur la suite des événements politiques, ayant connu une nette accélération il y a exactement deux mois avec la prorogation de manière consensuelle de l’Assemblée nationale.
Des sources ministérielles autorisées confirment que lors des délibérations du conseil des ministres d’hier, le Premier ministre aurait commenté brièvement les événements politiques de ces derniers jours. Il aurait réitéré le fait qu’« il n’acceptera jamais de subir des pressions » ou encore qu’« il n’est nullement d’accord à marcher sous les ordres des lobbies de quelque nature qu’il soit ». Le leader du Parti travailliste, qui a réitéré les propos tenus dans une déclaration au Mauricien dans la matinée d’hier, aurait également indiqué au chapitre de l’alliance électorale que « mo pou fer li kan mo bien satisfait ».
Aucun autre détail quant au Timing des dernières négociations avec le MMM sur des « points dits en discussions » ou à l’étape de la rédaction de l’accord électoral n’a filtré. A ce stade, le principal indicateur de confiance dans l’alliance PTr/MMM demeure cette nouvelle série de contacts en vue de rédiger les « Agreed Conditions ». Alan Ganoo et l’intermédiaire Shaffick, désignés officiellement par les instances du MMM, se tenaient prêts pour entamer le mandat qui leur avait été confié.
Dans la matinée d’hier, la déclaration de Navin Ramgoolam au sujet de son aversion pour les Deadlines est venue jeter un froid sur les intentions initiales, et l’absence de toute indication officielle du Prime Minister’s Office au sujet de la confirmation d’une séance de travail est venue compliquer l’équation politique. Dans le camp du Parti travailliste, ceux qui affirment avoir l’oreille du leader soutiennent que « la situation n’est pas aussi dramatique comme on veut le faire accroire ».
« Ce n’est pas le réveil d’un samedi matin qui viendra remettre en question des discussions qui se sont échelonnées dans le temps. Il n’est pas dit que cette séance de travail avec Alan Ganoo sur la rédaction de l’accord soit convoquée dans les meilleurs délais. L’assemblée des délégués du MMM pour des décisions au sujet de l’alliance PTr/MMM a été convoquée pour le dimanche 22 et pas demain », soulignent des sources au sein du Parti travailliste tenant également à vérifier si dans sa déclaration de presse, jeudi, après les réunions du BP et du comité central, Paul Bérenger aurait lancé un « ultimatum » à Navin Ramgoolam sur la question d’alliance électorale.
Dans d’autres milieux politiques, l’on semble faire état de la possibilité d’une « overreaction » de la part du leader du Labour. En tout cas, cette prise de position de Navin Ramgoolam a eu pour effet de venir se greffer sur l’irritation notée dans le camp du MMM depuis les précédents commentaires du premier nommé lors de la cérémonie de la pose de la première pierre du campus universitaire de Pamplemousses.
A hier soir, la question qui attendait réponse demeure quelle sera la réaction du MMM à une invitation de Navin Ramgoolam à Alan Ganoo pour le démarrage de la rédaction de l’accord électoral. Même si un refroidissement dans le mood était perceptible à hier soir, des indications au sein du MMM étaient qu’il faudra attendre ce matin pour en savoir plus d’autant que les tractations se poursuivaient de manière systématique dans la soirée d’hier de part et d’autre en vue de limiter les Collateral Damage.
Néanmoins, des observateurs politiques aguerris avancent que la question d’accord électoral pourrait être déterminée de manière catégorique une fois qu’une décision aura été prise au sujet du rappel de l’Assemblée nationale pour l’adoption au moins des Transitional Provisions, soit le mini-amendement à la Constitution, en vue d’éliminer l’obligation de déclaration ethnique imposée aux candidats à des élections générales.
Aucun des textes de loi traitant des amendements à la Constitution, y compris le Constitutional Electoral Reform Amendment (CERA) Bill, n’a été examiné lors de la réunion du conseil des ministres d’hier. Cette étape précède l’inclusion de tout projet de loi à l’agenda des travaux de l’Assemblée nationale. Au cas où le Premier ministre décide de l’urgence de faire adopter ces amendements constitutionnels, rien ne l’empêche de convoquer à n’importe quel moment un Special Cabinet Meeting pour le Vetting officiel avant de fixer la date de la reprise des travaux parlementaires.
Autant de facteurs à établir dans l’équation politique avec les cartes toujours entre les mains du Sitting Prime Minister…