Le Parti travailliste (Ptr) et le Parti mauricien social démocrate (PMSD) ont organisé samedi leur conférence de presse hebdomadaire à Port-Louis. Nita Deerpalsing (responsable de la communication du Ptr), Patrick Assirvaden (président du Ptr) et Lindsay Morvan (porte-parole du PMSD) ont commenté, entre autres, l’interview du Premier ministre et la situation économique. « Paul Bérenger a toujours eu besoin d’une béquille pour les élections », devait lancer Nita Deerpalsing.
La conférence de presse hebdomadaire du Ptr et du PMSD s’est tenue samedi matin à Port-Louis. Patrick Assirvaden a commencé son intervention en parlant du discours-programme. Il a concédé que plusieurs personnes prennent ce nouveau programme avec des pincettes mais selon lui les économistes et les observateurs indépendants estiment que le gouvernement a donné un nouveau souffle à l’économie.
« Le Premier ministre means business », a affirmé Patrick Assirvaden. Il a fait les éloges du concept d’« État Océan » qui devrait créer des milliers d’emplois. « Le PM a constitué un comité au niveau du PMO qui démontre le sérieux et la volonté de mettre en pratique les éléments du programme ».
Le président du Ptr a ensuite qualifié sir Anerood Jugnauth (leader de l’alliance MMM/MSM) et Paul Bérenger (leader du MMM) de « récidivistes notoires dans le démantèlement des institutions ». Il a soutenu que les deux hommes ne respectent pas les institutions. Patrick Assirvaden n’a pas manqué de rappeler la dissolution de l’Economic Crime Office (ECO), instance qui a été remplacée par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) au début des années 2000 par l’alliance MMM/MSM. « Ti fer disparet enn institisyon pou sov enn minis », a-t-il soutenu. Il a ajouté que les deux hommes ont mis en doute l’intégrité du Directeur des Poursuites Publiques (DPP) et a demandé jusqu’où ils pourront aller. « Demain ki sannla ou pou menase ? Chef Juge ? »
Lindsay Morvan a quant à lui expliqué qu’il déplorait la bassesse des débats politiques de l’Opposition. Il a soutenu que quand Paul Bérenger et SAJ disent que le pays va à la dérive, c’est une insulte aux institutions indépendantes internationales. « Sa bann institisyon la inn evalie nou dan enn fason indepandan ek pe donn nou bann bonn notes », affirme le porte parole des Bleus, en soutenant que c’est le travail de sept ans qui est récolté maintenant. Lindsay Morvan soutient que les agissements de l’Opposition provoquent le désintéressement de la population à la politique.
« Il y aura beaucoup d’opportunités pour les Mauriciens dans l’économie bleue (ndlr : la mer) », a affirmé le porte parole du PMSD. « Nou ena limit lor nou territoir teress mai nou l’ocean li bokou ». Selon lui, ce discours-programme est une « continuation du programme gouvernemental depuis 2005 ».
La responsable de communication du Ptr Nita Deerpalsing a vanté le discours-programme de son leader qui, selon elle, augmentera la qualité de vie des Mauriciens. Commentant l’absence annoncée des deux partis majoritaires de l’Opposition aux débats parlementaires, elle a soutenu que c’est une preuve qu’ils n’ont rien à dire. « Pey zot pou sa », a-t-elle déclaré en disant qu’il y a une absence de débat démocratique.
Selon Nita Deerpalsing, les militants du N°18 (Belle Rose/Quatre Bornes) en ont ras-le-bol de l’attitude de Paul Bérenger. « Bokou dir nou ki zot gagn honte ek ki Bérenger inn vann bann militan a klan Jugnauth », a-t-elle affirmé. Elle a invité le public à Vacoas pour le 1er-Mai, où elle promet des « révélations » sur la deuxième évaluation de MedPoint. « Bérenger a toujours eu besoin d’une béquille pour les élections », devait lancer la responsable de communication des Rouges.
Questionnée par Le Mauricien sur le rôle de Navin Ramgoolam dans l’alliance Ptr/MMM en 1995, Nita Deerpalsing a répondu que son leader ne peut être utilisé comme béquille.