C’est en parfait accord que Nita Deerpalsing (PTr) et Lindsay Morvan (PMSD) ont commenté la compensation salariale et la réforme électorale : deux sujets qui occupent l’actualité, et qui, ont affirmé les deux représentants de l’alliance gouvernementale — hier, lors d’une conférence de presse au siège du PTr, à Port-Louis — démontrent, d’une part, l’intérêt que porte le Premier ministre et son gouvernement à réduire l’écart entre les riches et les pauvres et, d’autre part, à concrétiser le programme gouvernementale.
La conférence de presse conjointe PTr/PMSD a accordé une grande place à la compensation salariale et le duo Deerpalsing/Morvan l’a présentée comme la meilleure depuis ces dernières années, voire depuis 2005. « Jamais un gouvernement n’aura déployé tant efforts pour réduire l’inégalité sociale », a déclaré Nita Deerpalsing. Et c’est grâce au tandem Navin Ramgoolam/Xavier-Luc Duval, « qui se démarque par les mesures prises », disent les daux réprésentants des deux partis politiques. Etudes et statistiques graphiques à l’appui, Nita Deerpalsing affirme qu’entre 1991 et 1996, le revenu des riches a augmenté. « Cette compensation salariale a pour but de rattraper la perte du pouvoir d’achat causée par le taux d’inflation, qui était de 6.6% au cours de l’année écoulée. Ceux qui touchent Rs 3 000 auront un quantum de Rs 330, soit le double du taux de l’inflation. Notre alliance a pour souci la réduction de l’écart entre les riches et les pauvres. Ceux qui sont au bas de l’échelle pou gaynn enn boost (…) Avec Navin Ramgoolam et Xavier Duval au pouvoir, nous avons une philosophie : venir en aide aux plus pauvres », a déclaré Nita Deerpalsing. Et quid du précédent tandem Navin Ramgoolam/Pravind Jugnauth ? A une question de Week-End sur l’efficacité de celui-ci après 14 mois de partenariat, la directrice de communication du PTr a répondu en insistant sur « l’effort spécial de Navin Ramgoolam et Xavier Duval de réduire l’écart entre les riches et les pauvres ». Et de rappeler, plus tard, que « kan tandem toksik ti o pouvwar tou dimoun ti perdi ». « Dans un contexte où toutes les aides sociales sont maintenues, la TVA n’a pas été augmentée, la compensation salariale donne un véritable boost à ceux qui sont au bas de l’échelle (…) Patrona pé plényé, mé 6% ogmentasyon lors 20% bill salarial bien minim », a-t-elle ajouté.
Justice sociale
Lindsay Morvan, dont le leader, Xavier-Luc Duval, est aussi ministre des Finances, a d’emblée dit la « satisfaction de l’alliance quand les syndicats ont repris leur place à la table des négociations dans le cadre des discussions tripartites. Le bon sens a prévalu ». Le porte-parole du PMSD a expliqué « qu’il ne peut avoir de développement sans justice sociale. Celle-ci reflète la vision du Premier ministre quand l’alliance s’est engagée auprès de la population. Le taux de la compensation salariale de 2012 est plus élevé que le taux maximum de 2011, qui était de 3.2%, soit même pas Rs 100 ! » Lindsay Morvan n’a pas manqué de souligner que même la syndicaliste Jane Ragoo (CSTP) a exprimé sa satisfaction sur le taux de 2012. Critiquant le leader de l’opposition, Paul Bérenger, pour ses remarques selon lesquelles Xavier-Luc Duval disposait d’une marge de manoeuvre avant les négociations, Lindsay Morvan rappelle qu’entre 2000-2005, le gouvernement MMM/MSM n’oeuvrait pas dans un contexte de crise économique mondiale. « Il ne doit pas oublier qu’à la fin de son mandat, il avait quitté le pays dans un état d’urgence de crise économique avec 30 000 travailleurs du textile qui se sont retrouvés au chômage ! Sa marge de manoeuvre la sé bann frwi tandem Xavier-Luc Duval ek Navin Ramgoolam », a fait ressortir Lindsay Morvan. Etablissant une comparaison avec les Etats-Unis où le chômage touche 48 millions d’Américains,  Lindsay Morvan est d’avis que notre pays s’en sort plutôt bien. Toutefois, a-t-il dit, a elle seule, la compensation salariale ne pourra éradiquer l’inégalité sociale. C’est dans cette optique qu’il a lancé un appel « pour que les grandes entreprises qui peuvent afford donnent plus que le taux recommandé à leurs employés ». Se disant optimiste à l’approche du prochain budget, le représentant du PMSD a souhaité que qu’on fasse provision pour « soulager les petites et moyennes entreprises ».
S’agissant de la réforme électorale, Nita Deerpalsing a rappelé les grandes lignes du communiqué publié par le Premier ministre à cet effet. En faisant appel à une équipe de trois experts étrangers pour la réforme électorale, l’objectif, a déclaré Nita Deerpalsing, est de promouvoir l’efficacité de la démocratie et garantir la parité hommes/femmes au Parlement, entre autres : « Lékip pa pé réinvant larou! », a-t-il dit. Le travail qui sera effectué par l’équipe qui sera menée par le professeur Guy Carcassonne de l’université de Nanterre, a-t-elle dit, ne fera pas obstacle aux débats que pourra susciter le projet de réforme électorale.