Plusieurs critiques sont émises par le Public Accounts Committee (PAC) contre la gestion, d’abord, des quatre Catering Stores et ensuite, de l’acquisition des uniformes et autres accessoires et aussi de Smoke and Sound Level Meters pour la force policière. L’abus et le manque de contrôle sur les véhicules de ce département sont aussi dénoncés par le PAC.
D’emblée, le comité indique qu’une somme de Rs 55 M a été dépensée pour l’achat de nourriture livrée aux quatre Catering Stores de la force policière. Mais, il n’a pas trouvé des reçus pour ces achats ni des entrées enregistrées dans les livres de comptes depuis les deux dernières années aux Catering Stores de la Special Mobile Force et à celui des Casernes Centrales. Auparavant, ces stores étaient gérés par des policiers mais depuis 2000 ce sont des officiers du ministère des Finances qui le font. Le PAC a observé que le Directeur de l’Audit trouve qu’il aurait été plus approprié que la gestion de ces stores soit confiée à des Procurement and Supplies Officers qualifiés. Il se dit aussi inquiet par rapport à la gestion de ces stores car « un mauvais enregistrement des entrées may lead to the commission of offences which may go undetected. » Le comité recommande ainsi au Directeur de l’Audit de faire un relevé des stocks pour la période concernée.
S’agissant de l’achat des uniformes et d’autres accessoires, une somme de Rs 33,5 M était prévue pour l’année 2011. Plusieurs manquements ont été observés par le directeur de l’Audit à cet effet. Le PAC dit avoir remarqué que malgré un exercice de planification au début de chaque année financière, le département de la police est incapable de « meet the deadlines » dans tous les cas. Il observe également que seuls cinq Procurement and Supplies Officers s’occupent d’environ 400 exercices d’appels d’offres annuellement. Le comité recommande que la Public Procurement Act soit revue afin de permettre à la force policière de mener cet exercice plus rapidement et de manière efficiente.
Ce département a également fait l’acquisition de onze smoke meters et de dix sound level meters au coût de Rs 6,1 M. Le comité indique que quelques-uns de ces smoke meters n’avaient pas été mis en service à février 2012 par manque de formateurs de la part du ministère des Infrastructures publiques. Les sound level meters n’étaient pas, eux aussi, mis en service. Finalement, le PAC observe que malgré le fait que les hauts gradés de la force policière bénéficient de facilités hors taxe pour l’achat de voitures, ils continuent d’utiliser les véhicules de la police.