Une délégation de six membres du Public Accounts Committee (PAC) de l’Assemblée nationale a été reçue à Paris par les commissions des Finances de l’Assemblée nationale et du Sénat français du 10 au 13 juin dernier.
Organisée avec le soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), cette visite de travail a permis aux députés membres du PAC d’étudier les méthodes et instruments des parlementaires français en matière de contrôle de l’efficacité des dépenses et d’évaluation des politiques publiques.
La délégation des parlementaires, composée à égale moitié de soutiens de la majorité et de l’opposition, comptait dans ses rangs Dhiraj Khamajeet, Thierry Henri, Kee Chong Li Kwong Wing, Mahen Seeruttun, Abdullah Hossen et Aadil Ameer Meea.
La délégation était accompagnée par le représentant du PNUD, Emmanuel Bor, conseiller technique en gestion des finances publiques, ainsi que la secrétaire générale adjointe de l’Assemblée Nationale, Bibi Safeena Lotun. Deux représentants du ministère des Finances, Priyambada Oogarah-Bonomaully et Noorina Hingah, et un représentant du National Audit Office, M. Doorgakant, complétaient la délégation.
Au cours de leur visite à l’Assemblée nationale française, les députés ont pu assister à l’audition de Bernard Cazeneuve, ministre délégué chargé du Budget, par les députés de la commission des Finances. Cette audition, qui portait sur le projet de loi de règlement du budget et d’approbation des comptes de l’année 2012, a permis aux membres du Public Accounts Committee de mieux appréhender le rôle actif que jouent les parlementaires français dans le suivi de l’exécution budgétaire et du respect des prévisions de recettes et de dépenses. Les séances de travail organisées avec les directeurs des services de l’Assemblée nationale ont permis d’approfondir les activités de contrôle des commissions.
Au Sénat, les membres du PAC ont été reçus par le président de la Commission des Finances, Philippe Marini, sénateur de l’Oise, ainsi que par la première vice-présidente de la Commission des Finances du Sénat, Michèle André, sénatrice du Puy-de-Dôme. Au cours de ces entretiens, les sénateurs français ont partagé avec les parlementaires mauriciens leur expérience de la réforme budgétaire mise en oeuvre en France depuis 2006 pour augmenter la performance dans la gestion des ressources publiques. Selon Simon Springett, Coordinateur Résident des Nations unies pour l’île Maurice, « cette visite de travail a été un succès car elle a permis un échange approfondi sur les moyens concrets dont peuvent disposer les parlementaires pour renforcer leur contrôle de l’efficacité des dépenses et leurs capacités d’évaluation des politiques publiques et ainsi pleinement exploiter les informations présentées dans le Budget à Maurice, au service d’une amélioration de la performance des services publics rendus aux citoyens ».