Conséquence des impacts du changement climatique : Maurice connaîtra d’ici 2100 une augmentation du niveau de la mer se situant entre 18 et 59 cm. C’est ce que révèle un livret intitulé Climate & Ozone Layer Protection, publié par le ministère de l’Environnement et du Développement durable, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la protection de la couche d’ozone, célébrée chaque 16 septembre, et le 25e anniversaire du Protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d’ozone.
« Maurice étant un Petit état insulaire en développement (“Small Island Developing State – SIDS), nous sommes tenus de nous préoccuper urgemment des problèmes relevant du changement climatique (voir encadré). Les prédictions climatiques comprennent, entre autres, une augmentation du niveau de la mer de 18 cm à 59 cm d’ici 2100, une diminution de 8% de la pluviométrie, davantage de pluies torrentielles avec des risques de crues subites (flash flood), des vagues de chaleur plus fréquentes en été, des hivers plus doux, une augmentation dans le nombre de cyclones tropicaux intenses, une augmentation de la durée des saisons sèches, avec par conséquent des demandes accrues en eau et des raz-de-marée plus fréquents s’écrasant sur les plages de Maurice », peut-on lire à la page 13 du livret. Climate & Ozone Layer Protection sera distribué dans tout le pays.
« Nous basant sur ces prédictions climatiques et considérant que Maurice a un territoire et des ressources naturelles limités, nous estimons qu’une augmentation accrue dans la température globale affectera terriblement le bien-être de la population locale. Il est très probable que Maurice deviendra un water-stressed and a water-scarce country. Le changement climatique aura un impact négatif sur l’agriculture et l’écosystème marin », prévient le ministère de l’Environnement dans le livret.
Selon le ministère, Maurice n’a pas été épargnée par les effets des impacts du changement climatique. Ces dernières années, elle a connu les impacts suivants : une augmentation moyenne de la température d’environ 0,7°C depuis 1951, une diminution de la pluviométrie de 100 mm ces 100 dernières années, une augmentation moyenne du niveau de la mer de 1,2 cm (soit 1,2 mm annuellement) durant la dernière décennie, des conditions météorologiques extrêmes, des pluies torrentielles, des dommages (le blanchiment notamment) des coraux, et l’émergence certaines maladies comme le Chikungunya.
Le livret explique en détail le lien entre le problème de l’appauvrissement de la couche d’ozone et celui du changement climatique et les efforts de Maurice pour faire face à ces deux problèmes environnementaux globaux qui sont intimement liés.