Dans une lettre accompagnant une copie du rapport de la National Energy Commission (NEC) qu’ils ont remise au Prime Minister’s Office (PMO) hier, des citoyens, regroupés au sein du Kolektif Pu Lenerzi Renuvlab et de la Coalition for People’s Cooperative Renewable Energy, exhortent Navin Ramgoolam à « faire le meilleur choix énergétique pour le pays ». Or, la NEC dans son rapport, laisse comprendre que l’argument selon lequel il faudrait une nouvelle centrale à charbon pour éviter un black-out ne tient pas la route.
Dans son rapport à la page 46, la National Energy Commission, arrive à la conclusion que si ses recommandations sont mises en oeuvre, il n’y aurait aucun risque de black-out durant la période 2014 à 2016. « Should the NEC recommandations be implemented, there will not be any power deficit in 2014, 2015 and 2016. The country has the breathing space — and the means — to set in motion the necessary measures needed to achieve the transition towards a sustainable energy future », peut-on y lire.
Dans leur lettre au Premier ministre, les membres du Kolektif Pu Lenerzi Renuvlab et de la Coalition for People’s Cooperative Renewable Energy expriment leur souhait de voir le gouvernement mettre en oeuvre les recommandations de la NEC. « We trust that under your leadership, the 21 recommandations which the NEC has produced, along with a clear timeline, will be implemented by the relevant authorities listed », écrivent-ils.
Selon la NEC, l’avenir énergétique de Maurice peut passer par l’une des deux voies (« Pathways ») diamétralement opposées. La première est dominée par le charbon, avec une centrale de 100 MW, suivie plus tard par une autre et le tout basé que sur une approche où les coûts financiers sont les moindres.
La deuxième est non seulement en conformité avec la vision Maurice île Durable (MID) mais est, d’autre part, économiquement faisable, tout en respectant les préoccupations environnementales et les susceptibilités sociales.
La NEC estime que la présente configuration de notre secteur énergétique repose sur ces deux voies énergétiques.
Dans le premier scénario (« Pathway One »), dominé par le charbon, les énergies solaire et éolienne ne sont pas utilisées comme des sources principales d’énergie et leur utilisation comme sources d’électricité reste marginale.
Le second scénario (« Pathway Two ») est une source d’énergie propre pour une économie verte. « Not only Pathway Two ensures that the MID target is met, but it stands out clearly in respect of financial/economic costs, in terms of savings stemming from demand reduction measures, which far outweigh the required investments. Pathway Two also ensures reduced CO2 emissions », commente la NEC.
En revanche, poursuit la Commission, « Pathway One » qui comprend un pourcentage plus élevé d’énergies fossiles, est plus sujette à des augmentations des coûts. « Here again Pathway Two comes out first. The higher percentage of local resources significantly improves the energy security in case of major supply disruptions », relève-t-on dans le rapport.
Même en termes de création d’emploi, le second scénario l’emporte. « As for employment opportunities, in Pathway One, these would concern only the power plants, whereas in the Pathway Two, cane/biomass and solar/wind activities offer more job opportunities, especially at local and SME level. The promotion of local skills will be enhanced. Furthermore, the greater fulfilment of Energy Efficiency and Demand-Side Management programmes in Pathway Two will contribute to job creation and the development of skills. Employment multiplier effects thus play in favour of Pathway Two », commente la NEC.
La Commission note en outre que Pathway Two l’emporte également sur Pathway One sur les 5 critères suivants : économie/finance, sécurité énergétique, environnement, société/emploi et santé.
Et la NEC de conclure : « Pathway Two is the optimum energy mix, consistent with the MID objectives and based on the democratisation and decentralisation of power supply, through encouraging also small planters, cooperatives and SMEs to engage in renewable energy production, as well as the CEB. »
Dans leur lettre au Premier ministre, les membres du Kolektif et de la Coalition écrivent par conséquent : « We trust that you have read the report of the National Energy Commission (NEC) already and that you surely must be very pleased that the report contains a host of concrete implementable measures that will not only bring great benefit to the population but will also concretise your great national visions for the country, namely MID and democratisation of the economy. »
Les membres du Kolektif Pu Lenerzi Renuvlab et de la Coalition for People’s Cooperative Renewable Energy ont également remis une copie du rapport aux ministres et au leader de l’Opposition Paul Bérenger.