Nombreux sont ceux qui connaissent la formule « un dimanche de courses hippiques ». Le Blue Penny Museum et le Mauritius Turf Club ont valorisé en images le premier hippodrome de l’hémisphère sud, le Champ de Mars, et retracé l’histoire des courses à Maurice comme loisir attirant une ferveur populaire.
Depuis mercredi, l’exposition A Brides abattues (accès libre) célèbre le Bicentenaire du Mauritius Turf Club 1812-2012. Un premier livre 3D du passe en anaglyphique (avec lunettes 3D et non pas une boîte stéréoscopique) 200 ans de courses hippiques à Maurice qui a été lancé dans le cadre de cette commémoration. J. B Urbini (collectionneur) et Emmanuel Richon (conservateur du Blue Penny Museum) ont fait ressortir dans ce livre que les courses en général « ont un passé culturel riche et profondément ancré dans l’inconscient collectif et les moeurs de la Cité… « 
Plusieurs éléments ont été identifiés et historiquement organisés et présentés par les auteurs : courses, loisirs, paris, etc. Nous vous proposons ci-dessous un extrait de ce panorama de 200 ans de courses à Maurice.
 
Morceau choisi
Le 25 juin 1812 est une date mémorable dans l’Histoire de Maurice. C’est en effet ce jour-là qu’eut lieu la première journée de courses hippiques. La prise de l’île par les Anglais était toute récente et les rancoeurs des habitants français habitaient les consciences… Les Britanniques eurent alors à coeur de trouver un moyen facile d’atténuer les passions et tisser des liens entre les nouvelles autorités et les habitants d’alors. Deux hommes apparaissent aussitôt déterminants : le Colonel Edward A. Draper, véritable fondateur du Mauritius Turf Club créé à cette époque et Sir Robert Townsend Farquhar, premier Gouverneur anglais, qui sut quant à lui, habilement et avec efficacité, patronner le projet.
La première journée transforma définitivement le Champ de Mars, jusque-là terrain d’entraînement militaire, en premier hippodrome de l’hémisphère Sud. Pour l’anecdote, c’est la jument Fanny, de M. Irvine, montée par M. Reader, Régisseur de la Cour de l’Amirauté britannique, qui remporta ainsi la première compétition alors disputée en deux manches de trois tours. Le succès fut tel, que les autorités imaginèrent en la circonstance, d’organiser une seconde journée. L’engouement ne devait plus jamais se démentir.
Bien sûr, des courses hippiques eurent aussi lieu à Mahébourg ou à Grand-Baie, mais le Champ de Mars sut s’imposer comme le principal lieu d’attraction des Mauriciens.
En 1859, M.E. Couve eut l’idée d’innover en créant une écurie composée de chevaux de fort pedigree importés d’Angleterre.
En 1904, on fonda le Mauritius Jockey Club, qui inaugura son propre champ de courses à Mangalkhan près de Vacoas, où se tinrent des courses jusqu’en 1942, année où le terrain fut abandonné aux militaires qui en réquisitionnèrent les loges.
Depuis lors, les courses de chevaux ont toujours été très en faveur dans la colonie, se disputant sur des distances allant de 1000 à 2 300 mètres. Chaque saison était ponctuée des quatre classiques : la Duchess of York Cup, la Barbé Cup, la Maiden Cup et la Duke of York Cup. L’histoire des courses à Maurice est étroitement liée à l’histoire du pays. Les écuries Maigrot, Roussette ou la mythique écurie Gujadhur sont connues de tous les Mauriciens.
Ceux-ci viennent par milliers assister chaque samedi de la saison des courses, de mars-avril à décembre, les mordus assistant même, à l’aube, aux entraînements des champions, c’est tout un univers de traditions et de passion qui touche toute une société dans son ensemble.
 
Robert Townsend Farquhar
Après la capitulation des troupes françaises face à l’Angleterre en 1810. Pour le nouveau Gouverneur, Sir Robert Townsend Farquhar, il était important et même nécessaire de gagner l’estime et la collaboration de la population d’origine française. En effet, il pensait qu’une coopération pourrait naître si les rivaux éternels étaient amenés à se rencontrer dans une atmosphère de détente. C’est dans cette optique qu’il introduisit les courses de chevaux à Maurice en 1812 et le Mauritius Turf Club fut fondé en 1812. Le Champ de Mars en tant qu’hippodrome fut ainsi inauguré le 25 Juin de la même année et la première course dans l’histoire de Maurice fut disputée ce jour-là. Le nouveau gouverneur, Sir Robert Farquhar et son épouse d’origine française, Mara Cantaur, soutinrent activement l’organisation de courses hippiques, et Mme Farquhar offrit donc la première coupe d’or de l’histoire des courses locales. Ce n’est qu’en 1814 que le Colonel Edward Alured Draper fit son entrée sur la scène Mauricienne, féru d’équitation, il offrit alors son soutien le plus efficace et durable à un projet alors à ses débuts.