La maison d’édition de Corinne Fleury, l’Atelier des Nomades, a lancé mercredi au restaurant Le Pescatore à Trou-aux-Biches le livre d’art de vivre Comptoir des épices. Cet ouvrage, une collaboration entre Corinne Fleury, le photographe Anthony Vallet et le chef Pramod Gobin, invite à un voyage au coeur de l’histoire des épices depuis l’antiquité à travers des recettes concoctées à partir de 18 épices et aromates les plus utilisés dans la cuisine mauricienne.
« Le Comptoir des épices est un projet qui a émergé après avoir constaté un certain engouement de l’Occident pour la cuisine du monde. Les flux migratoires et la popularisation des voyages au cours du 20e siècle ont engendré un bouleversement culturel et, par conséquent, un renouvellement des traditions culinaires », a expliqué Corinne Fleury de la maison d’édition l’Atelier des Nomades.
Cette gastronomie occidentale est rendue contemporaine par l’apport de nouvelles saveurs, incorporant plusieurs éléments de cuisine de différentes cultures à travers le monde. « Le livre retrace l’histoire de ces graines, écorces, résines et poudres colorées et aromatiques qui, de par leur caractère d’exception, ont attiré pendant plusieurs siècles la convoitise des peuples avant de s’inviter dans notre cuisine. »
Les 18 recettes salées et sucrées préparées à partir d’épices et aromates du livre sont signées Pramod Gobin, chef du restaurant Le Pescatore. « Le Comptoir des épices est un produit culinaire mauricien qui réunit simplicité et authenticité. Le livre reflète le goût local et la recherche de la noblesse même de l’épice, son parcours à Maurice et son utilisation. Il permet d’améliorer le goût des produits mauriciens », a souligné Robert Desvaux, président de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA).
« Un plat n’est pas que de la nourriture… Il consiste en tout ce qui l’entoure : le cadre, la décoration, la présentation… Il s’agit aussi des ingrédients, de la manière dont on prépare le plat et son histoire », a soutenu Robert Desvaux. Il a estimé que le Comptoir des épices est une première étape vers l’établissement d’un patrimoine culinaire local. « Le livre transformera les restaurants en restaurants boutiques et en centres littéraires et culturels », a-t-il dit, en précisant que des recherches devraient être menées sur « le concept de la route de la cuisine des grands hommes ». (voir texte plus loin)
« Plusieurs grandes personnalités du 18e siècle et autres ont dégusté des plats à Maurice. Le touriste sera très intéressé de goûter ce que, par exemple, le président de son pays a mangé lors de son séjour. C’est un concept très vendable au plan touristique et qui n’existe pas ailleurs. Beaucoup de Mauriciens et d’étrangers seront par exemple curieux de savoir ce que sir Seewoosagur Ramgoolam ou Gaëtan Duval aimaient manger. »
Le président de la MTPA a par ailleurs annoncé qu’un représentant mauricien a été envoyé en Chine pour assumer les fonctions de Public Relations Officer (PRO) et d’Advertising Agent. « Personne n’occupait jusqu’en mars ces postes. Notre représentant continuera l’étude sur le marché chinois pour nous donner des informations afin d’améliorer notre offre. Ces données nous permettront aussi d’adapter notre produit à ce marché spécifique… » a expliqué Robert Desvaux. Et d’ajouter : « La Chine est un marché d’espoir. Et malgré la récession, les grosses campagnes menées sur le marché traditionnel portent leurs fruits. »
L’Atelier des Nomades a été créé en octobre 2010 par Corinne Fleury. La maison d’édition a lancé en novembre son premier titre Petits plats gourmands de l’île Maurice. Le Comptoir des Épices est disponible dans les librairies à Rs 1050.