L’éditeur Christian le Comte vient de placer en librairie une revue à tirage limité qui ambitionne de devenir une référence pour les arts visuels mauriciens. Mauritius visual arts review ne se limitera pas aux arts plastiques mais entend montrer sur un papier de qualité, toute forme d’expression visuelle qui pourrait caractériser le canon esthétique mauricien. Éclectique, elle pourra tout aussi bien présenter les aquarelles du XIXe siècle d’Alexander Thom que les sculptures éphémères sur bois que Pem réalise depuis des années sous les yeux des passants au Caudan, s’intéresser à certains aspects de l’architecture tout autant qu’aux objets du quotidien, à l’art contemporain ou aux images imprimées.
La Mauritius visual arts review donne avant tout à regarder, plus qu’à lire du moins si l’on en juge par son premier numéro, que l’éditeur Christian le Comte considère un peu comme un test pour recueillir les réactions des lecteurs. « Les prochains numéros seront plus volumineux, nous confie-t-il d’ores et déjà, avec plus de textes explicatifs quand c’est nécessaire, mais la priorité consiste à montrer des images et offrir une expérience visuelle. » Si le dessin à la plume d’un énorme latanier au feuillage extraordinairement dense accroche l’oeil au prime abord, la prise en main offre une sensation inhabituelle, proche du papier à dessin, qui est liée à l’épaisseur des feuilles et à leur couleur blanc cassé. Tirée en série limitée à seulement mille exemplaires sans réédition, cette revue est en effet imprimée sur du papier d’archive, qui présente l’avantage de garder une qualité immuable au moins pour les cent prochaines années. Ce premier numéro ne se dilue donc pas en de longs discours, ne livrant que deux textes très concis sur les artistes Alexander Thom et Louis Letourneur dont il présente les aquarelles et dessins à la plume. Chaque image est accompagnée d’une légende purement factuelle avec le titre, le format et le médium de l’oeuvre originale, et éventuellement sa date d’exécution.