Louis Rivaltz Quenette confirme sa connaissance de l’administration et de la vie portlouisiennes avec la sortie de son nouveau livre Un arrondissement de l’ouest portlouisien : le Ward IV. Le lancement a été effectué à la salle du Conseil de la mairie de Port-Louis par le lord-maire, Mahmad Aniff Kodabaccus, qui s’étonne lui-même qu’il ait été appelé à en écrire la préface. « Je n’aurais jamais pu imaginer que j’aurais été appelé à écrire la préface de cette publication dédiée au Ward IV avec son passé et son présent glorieux. » Un étonnement qui ne tient pas la route, car nul autre n’aurait pu être préfacier à sa place, le lord-maire ayant toujours et étant toujours enraciné dans cet emblématique ward portlouisien, comme il le souligne lui-même : « À titre personnel, je n’ai pu m’empêcher de revivre, en tournant les pages de cet ouvrage, ces instants de bonheur, d’insouciance même, de mon enfance, de mon adolescence, dans ce quartier auquel je reste attaché en tant que natif et toujours habitant de Port-Louis. »
L’auteur, Louis Rivaltz Quenette, est un natif du terroir, et écrit donc en connaissance de cause sur ce quartier incontournable de la capitale, lieu qui a bercé maintes institutions et maintes personnalités qui ont fait le renom, non seulement de Port-Louis, mais de toute l’île Maurice, et cela bien au-delà de nos frontières. Il serait malhabile d’en faire mention dans ce texte, laissant le soin aux éventuels lecteurs de les découvrir en parcourant le livre, qui peut être obtenu sur demande à la municipalité de Port-Louis, à laquelle l’auteur se dit redevable pour la publication. Il dit sa gratitude « particulièrement au Lord Maire, Mahmad Aniff Kodabaccus et au conseiller Jean-Claude Caroopen, toujours sensible à tout ce qui touche au patrimoine de la Cité » ainsi qu’aux nombreux autres qui lui ont apporté « un concours indéfectible et fraternel ». Sans oublier le photographe de service, Raymond Houbert, dont les belles photos en noir et blanc des lieux et personnalités du Ward IV illustrent l’ouvrage.
Ce livre est peut-être aussi l’occasion pour l’auteur de dire tout ce qu’il doit à Port-Louis, en particulier au Ward IV. Un acte de mémoire pour lui-même, pour la postérité et pour la progéniture. « N’ont-ils pas le droit de connaître ce quartier où on ont vécu leurs aînés ? » Ce livre enrichit de fort belle manière l’ensemble de ses oeuvres, dont sept ouvrages d’intérêt général et une trilogie sur la Corporation municipale de Port-Louis.