A quelques semaines d’intervalle paraissent deux ouvrages « L’abbé Tristan Bardet, 1829-1884, Lauréat de la Bourse d’Angleterre » (lancé par Mgr Maurice Piat à l’Institut Cardinal Margéot à Rose-Hill et dont l’auteur est le regretté Amédée Nagapen) et « Marie, Reine de la Paix, Protectrice de l’île Maurice » signé Monique Dinan. Le premier ouvrage, vendu à Rs 250 l’exemplaire en librairie, révèle la vie d’un homme qui a tout laissé pour se faire apôtre du Christ. Le second, en vente dans les paroisses à Rs150 l’unité, célèbre le sanctuaire marial bien connu des Mauriciens et des touristes, qui domine Port-Louis de son piédestal au pied de la montagne des Signaux. Ce livre vient à point nommé à quelques jours de la fête de la Vierge.
Une note en quatrième de couverture de « L’abbé Tristan Bardet » signale que le père Amédée Nagapen « a eu le temps de voir la maquette du présent livre avant de s’éteindre le 16 juin 2012 » à l’âge de 81 ans. C’est à titre posthume donc que l’ouvrage est sorti des presses. Comme pour nous rappeler qu’au-delà de la mort, les oeuvres historiques d’Amédée Nagapen demeureront une inépuisable source d’inspiration. Citons encore ces propos consignés en quatrième de couverture : « Mgr Nagapen est un « documentaliste » par excellence de la République de Maurice. D’une rigueur et d’un professionnalisme peu communs, ses oeuvres sont une inépuisable source d’information: il demeure un personnage clé de nos Archives. »