Certaines entreprises affichent le soulagement suivant le communiqué émis par la Stock Exchange of Mauritius (SEM) selon lequel le délai pour la publication des comptes trimestriels des compagnies au 31 mars 2020, a été étendu au 15 juin 2020. Normalement, elles ont 45 jours pour publier ces comptes trimestriels donc elles devraient le faire au plus tard le 15 mai, mais comme le délai a été étendu, elles disposent désormais d’un mois supplémentaire en ce sens, soit jusqu’au 15 juin. La SEM a pris cette décision car le couvre-feu est toujours en vigueur dans le pays, rendant les opérations de toutes les entreprises cotées – soumises à une règlementation plus stricte – beaucoup plus compliquées au quotidien. « Ça va soulager toutes les compagnies cotées et leur donner un ‘Breathing space’ », fait-on comprendre.

Surtout que bon nombre de compagnies concernées par cette mesure sont notamment de grands groupes du secteur privé, qui comptent parfois 20 à 30 filiales et dans la pratique, cela rend encore plus difficile la préparation des comptes étant donné la situation de couvre-feu. « Cette extension de délai va nous aider grandement et nous remercions la SEM d’avoir compris notre situation. Nous travaillons depuis le 20 mars avec un ‘skeleton staff’ et la préparation des comptes est plus compliquée pendant la période actuelle », fait valoir le directeur financier d’un groupe.

Déjà, lorsque la Bourse avait annoncé, fin mars, l’extension du délai pour la publication des comptes annuels pour les compagnies cotées clôturant leurs comptes annuels le 31 décembre, la décision avait été bien accueillie dans les milieux concernés. Et certains plaidaient déjà pour que cette mesure s’étende également à la publication des comptes trimestriels. C’est maintenant chose faite. Un comptable travaillant au sein d’une des entreprises concernées souligne que « nous travaillons tous sous une pression accrue depuis le lockdown et la préparation des comptes annuels et trimestriels doit se faire ‘remotely’ ; cela pose quelques soucis pratiques  effectivement. »