Monique Koenig s’inspire du réel social pour raconter Le voyage d’Anand. Alexandra Issacs et Chloé Guillemin, jeunes espoirs, tentent de donner du sens à la réalité à travers l’écriture. Monica Maurel et Françoise Lionnet (textes critiques) seront aussi publiées dans L’Atelier d’écriture. 2012 s’annonce pour l’éditeur Barlen Pyamootoo comme le symptôme flagrant de l’interrogation du réel et de la fiction dans des textes choisis pour être publiés. Les publications continueront à nous impressionner par la passion en actes pour la littérature. À la revue L’Atelier d’écriture, est venue s’ajouter une nouvelle collection, L’Atelier d’écriture Ltée, dirigée par Barlen Pyamootoo et Agnès Larcher. Les Œuvres complètes de Raymonde de Kervern ont été publiées dans cette collection.
Le 16 février 2012 paraîtra The diary of Sheila, le journal intime d’une femme dont on ne connaît que le prénom. Le texte a été donné par Jean Lindsay Dhookit, qui lui-même présente cette version de The diary of Sheila. Un texte un peu sur le modèle du Journal d’Anne Franck. C’est le chef-d’oeuvre inconnu de la littérature mauricienne, nous dit l’écrivain et éditeur Barlen Pyamootoo. Il nous parle d’un texte sur Maurice dans une langue fluide, profonde. Une description du pays sans tabou. The diary of Sheila a bénéficié du soutien de Yann Maingard.
Les Éditions de l’Olivier ont eu 20 ans et s’imposent encore comme le meilleur éditeur de la littérature étrangère. Barlen Pyamootoo va poursuivre sa collaboration avec l’éditeur. Il rappelle que la ligne éditoriale de ce dernier reste la qualité littéraire du livre. Quelques écrivains mauriciens ont vu leurs textes non retenus par l’éditeur. Comme quoi rien n’est acquis. Il faut toujours se remettre en question.