« Tout ce que nous avons annoncé dans le Budget 2014 est réalisable. Nous voulons le soutien de toutes les parties concernées pour que 2014 soit une bonne année pour tous », a déclaré le vice-Premier ministre et ministre des Finances, en concluant, ce matin, au Hennessy Park Hotel, Ébène, une rencontre avec des opérateurs économiques réunis à l’occasion du PwC Budget Breakfast. Tout en promettant l’appui du GM pour que le secteur privé puisse réaliser des investissements rentables, Xavier-Luc Duval a élaboré sur les objectifs et la stratégie derrière différentes mesures du Budget 2014.
Le Grand argentier a, dans ses réponses aux interrogations des opérateurs économiques, laissé entrevoir que nombre de mesures annoncées vendredi dernier visaient à une relance des investissements tant publics que privés avec, en accompagnement, le développement du cadre de facilitation des affaires. Avec la crise au niveau de la demande, notamment dans le secteur touristique, il fallait créer des opportunités pour encourager l’investissement dont celui du privé. « Que ce soit au niveau de la nouvelle architecture économique proposée, du développement de l’économie océanique ou de l’économie verte, beaucoup de choses sont réalisables », a fait comprendre le Grand argentier, d’où l’appel à la participation du secteur privé dans la mise en oeuvre de plusieurs projets. Le comité de facilitation de l’exécution des projets, incluant ceux en suspens, que présidera le secrétaire financier, Dev Manraj (qui était présent à la réunion de ce matin) disposera de pouvoirs pour proposer des amendements légaux afin d’accélérer la mise en oeuvre de ces projets. Xavier-Luc Duval a indiqué, dans son discours du Budget 2014, que des projets d’une valeur de Rs 20 milliards pourraient être exécutés dans les prochaines années. Dans une déclaration à la presse suivant la réunion avec les opérateurs économiques, il a indiqué que les projets susmentionnés concernent une multitude de secteurs et que la décision d’instituer un Fast track Committee a aussi pour but de donner un coup de pouce à l’industrie de la construction. Il a annoncé que le secteur privé aura la possibilité de participer au financement de nouveaux projets d’amélioration de l’infrastructure routière comme ceux concernant la construction d’un tunnel sous la Montagne des Signaux et d’un pont sur la Grande Rivière Nord ouest et reliant Coromandel à Sorèze.
Il y a diverses mesures dans le nouveau budget en faveur du développement des petites et moyennes entreprises et du secteur de la construction, affirme XLD. A une question de savoir si les incitations offertes sous le Housing Empowerment Scheme (dont un dépôt bancaire de 5 % sur la valeur de l’immeuble ainsi qu’une garantie gouvernementale de 20 % sur le montant du prêt obtenu) ne risquent pas de provoquer à Maurice une nouvelle version de la sub-prime crisis qui a touché les États-Unis et d’autres pays ainsi que de la spéculation foncière, il a observé qu’il y a un « good case » de donner un coup de fouet à l’industrie de la construction. Pour le Grand argentier, il y avait deux options : soit le gouvernement construit les maisons, ce qui ferait grimper ses dépenses, soit il encourage le secteur privé à y participer en offrant des mesures incitatives. « Je suis convaincu que cette mesure va être bénéfique au secteur de la construction et contribuera à alléger le fardeau des économiquement faibles ».