Défi relevé pour le Queen Elizabeth College cette année. Si le collège brillait déjà dans les filières scientifique et économique, celles des Techniques et des Arts n’étaient en effet pas leur fort. Mais plus maintenant, puisque deux lauréates de ces deux filières sont cette fois issues du QEC. Par ailleurs, on note un record pour le collège en comparaison aux années passées, avec 14 lauréates pour la cuvée 2014 contre 10, 10 et 8 pour les années 2013, 2012 et 2011.
L’ambiance était chaude aujourd’hui au QEC, et ce avant même la proclamation des résultats. Très confiantes de la performance de leurs doyennes, les plus jeunes, à peine plus hautes que trois pommes, chantaient et hurlaient leur excitation. Et elles ont eu raison puisque des 45 lauréats, 14 provenaient de leur collège. Vers 11h30, soit une quarantaine de minutes avant la proclamation des résultats, la tension était palpable dans le bureau de la rectrice. Angoissée, elle ne voulait s’aventurer à établir des pronostics. Toutefois, elle se disait certaine que ses élèves avaient bien travaillé. À l’extérieur, au son du tambour, les plus jeunes laissaient éclater leur joie pour célébrer, avec anticipation, l’annonce des résultats. Une banderole qu’elles brandissaient affichait “QEC rules”.
Peu avant la proclamation des résultats, scotchés à la radio, les membres du personnel enseignant et les “head of departments” se sont déjà attelés à cocher les noms des lauréates. Le seuil des 10 lauréates dépassé, la rectrice s’est emballée : « Super », laisse-t-elle échapper, sachant que la performance est déjà meilleure que celle de l’an dernier.
« C’était mon défi. Quand je suis arrivée dans ce collège, les côtés Techniques et Arts étaient un peu négligés. On s’est donné comme défi de récupérer ces deux filières. Je remercie tous les enseignants et j’ai une pensée spéciale pour celles qui ont été classées mais qui ne sont pas lauréates. Il n’y a pas que les résultats qui comptent. Il faut encore qu’elles soient de bonnes citoyennes du monde. » La première lauréate à arriver au collège, Teesha Varaden, en était à sa deuxième tentative. C’est par le biais de son petit frère qu’elle a appris la bonne nouvelle, selon elle, alors qu’elle se trouvait dans un temple. Classée l’an dernier, elle a voulu retenter sa chance. La jeune femme lorgne une carrière dans le droit ainsi que des études en France.