Après douze années d’absence, les majorettes ont refait leur apparition au Queen Elizabeth College (QEC) à Rose-Hill. Depuis un an et demi, en effet, des jeunes filles de Form II et III s’entraînent sous la houlette de Jennifer Ng et de Corinne Lallman-Sit Yee. Ces anciennes élèves de feue Ginette Cabon veulent faire honneur à son héritage. Hier, à l’occasion des célébrations de la Fête de la Musique au collège, les nouvelles majorettes ont fait leur première parade, accompagnées de l’orchestre de la police.
L’ambiance au QEC, hier, rappelait les bons moments où les majorettes défilaient à chaque grand événement national. Elles étaient 80 jeunes filles au total, dans leurs costumes bleus et blancs, à faire une démonstration de majorettes tambour et de twirling baton. Comme au bon vieux temps, l’orchestre de la police faisait partie de la parade. Certains des musiciens ont connu différentes générations de majorettes du collège.
Si cette activité qui a fait l’honneur du collège revit aujourd’hui, c’est grâce à la fondation Semper Sorores, mise en place par le Dr Zeenat Aumeerally. Elle regroupe les anciennes du collège et le but est d’encadrer la nouvelle génération dans divers domaines. C’est ainsi que depuis un an et demi, deux d’entre elles, Jennifer Ng et de Corinne Lallman-Sit Yee, forment les filles des Form I, II et III à l’art du ur et de la majorette tambour.
Les nouvelles majorettes n’ont pas encore la même maîtrise de la baguette que les filles de Ginette Cabon, mais elles y travaillent. « Être majorette est un travail de longue haleine. Nous avons deux sessions d’entraînement par semaine et les filles continuent les exercices à la maison », disent les coaches. Elles rappellent que cette activité aide à l’épanouissement des filles et les permet, entre autres, de sortir de leur timidité.
Les deux styles pratiqués pour l’heure sont la majorette tambour et le twirling baton. « La majorette tambour est pratiquée lors des parades. Comme nous le faisions par exemple lors des défilés pour la Fête de l’indépendance à l’époque. Le twirling baton, lui, est une discipline sportive à part entière. Il y a des championnats dans ce domaine qui sont organisés. »
Les majorettes ont en effet fait la fierté du QEC pendant trente ans. Mais depuis le départ à la retraite de Ginette Cabon – décédée en mars dernier — en 2003, rien n’avait été fait pour assurer la relève. « Nous étions très tristes de voir que les majorettes n’existaient plus. Nous ne savons pour quelle raison. » Mais Semper Sorores a voulu renouer avec cette tradition. « Nous avons senti qu’il était de notre devoir de préserver l’héritage de Mme Cabon », disent Jennifer Ng et Corinne Lallman Sit-Yee.
Après cette première démonstration, les coaches visent plus haut. « Quand les filles seront prêtes, nous pourrons faire une sélection pour participer aux événements nationaux et internationaux, comme dans le passé. » Les Baguettes d’argent de Mme Cabon avaient en effet participé à deux championnats internationaux à Marseille et à Amsterdam. Jennifer Ng et Corinne Lallman-Sit Yee en gardent un bon souvenir et souhaitent que leurs protégées puissent aussi en profiter en tant que majorettes.