Réseau Sicart : la FIU sur la piste des fonds aux Seychelles
Jusqu’en début de semaine, la famille Sicart de Toulouse se la coulait douce à Case-Noyale. Pourtant, depuis octobre de l’année dernière, les autorités françaises avaient sollicité la collaboration de la police mauricienne pour remonter les traces de ce couple, soupçonné de fraude au préjudice de la société Callejo-Transports de Toulouse. Le montant de la fraude est de l’ordre de Rs 10 millions d’euros (Rs 400 millions).
Avec l’arrivée à Maurice du juge d’instruction français chargé de l’enquête, les données ont complètement changé, même si le couple Sicart était sur le point de compléter les procédures prévues par le Board of Investment (BOI) pour se mettre à l’abri de tout malheur. Depuis mardi, tous leurs avoirs, notamment leurs comptes bancaires, sont sous la menace d’un Freezing Order.
La Financial Intelligence Unit (FIU) serait déjà sur la trace de Rs 50 millions alors que des indications font apparaître qu’une autre partie du butin présumé a été placée dans des sociétés offshore aux Seychelles. Les Dallons devront être approchés formellement pour des compléments d’informations sur ces mouvements de fonds.