« Il y a matière de fraude et de corruption ». C’est l’avis que partage le leader de l’opposition, Arvin Boolell, concernant la « mauvaise qualité » du carburant distribué en début d’année, considérée comme « un scandale sans précédent de la décennie ».

Commentant la PNQ sur le sujet, Arvin Boolell a imputé l’entière responsabilité de cette affaire à la State Trading Coorporation (STC) qui, selon lui, est « le plus grand coupable, de mèche avec Vitol Bahrain ».

Le leader de l’opposition a affirmé ne pas comprendre pourquoi « la STC traite avec une compagnie indésirable comme Vito ».

« Renvoyer le blâme sur Octane Boosters n’est pas un argument qui tient la route. Et la proximité du gouvernement avec la STC fait que les analyses ne sont pas rendues publiques », a dénoncé Arvin Boolell.

Considérant que Yogida Sawmynaden, ministre du Commerce, n’a pas répondu comme il se doit aux questions des membres de l’opposition, Arvin Boolell a confié vouloir obtenir des réponses de l’ancien ministre du Commerce, Ashit Gungah, et ainsi que l’ancien administrateur de la STC.

Arvin Boolell opterait pour une commission d’enquête ou un Select Committee sur le dossier.

Ce dernier qui s’exprimait lors d’une conférence de presse, ce samedi 15 février, a espéré que le gouvernement « prenne enfin ses responsabilités ».