Pendant plus d’une heure, sept musiciens du Conservatoire de Musique de Tianjin ont fait vibrer avec talent et passion leur souffle dans une parfaite harmonie sur la scène du Centre Culturel Chinois.
C’était jeudi dernier, lors d’un concert conjoint avec des musiciens chinois et mauriciens. L’événement, organisé par le Centre Culturel Chinois sous l’intitulé Quand les notes se rencontrent, n’a pas manqué d’attirer un public passionné de musique et de culture chinoises.
Alliant la subtilité des sonorités instrumentales à la délicate poésie d’une musique traditionnelle, tout en s’appuyant sur une parfaite connaissance des styles et de l’instrument, les brillants musiciens du Conservatoire de Musique de Tianjin n’ont laissé personne indifférent. L’ensemble a interprété un répertoire classique de musique chinoise traditionnelle, tout en faisant quelques incursions dans le répertoire populaire, avec des morceaux tels que Jolie fleur et lune, Victoire pour l’éternité, Chameaux sur la Route de la Soie, Chanson de la Frontière, Vivre avec sérénité, Fresque de Dunhuang…
Ce fut un beau moment musical, d’émotions et de découvertes à travers des morceaux mélodiques aux nuances multiples offerts par des instruments tels que la flûte, le violon, le luth, la cithare ou encore la guitare et le violoncelle.
La représentation a fasciné le public. Les spectateurs se sont trouvés transportés à l’autre bout du globe, vers la Chine. Ils ont pu savourer le charme exceptionnel de ce pays et d’une musique où les styles chinois et occidental se sont mélangés à merveille. Qui les a même scotchés sur un impressionnant duo d’instruments de percussions lors d’un Combat entre taureau et tigre.
À la fin du concert, le passage des musiciens du Conservatoire François Mitterrand sur des airs de Rhapsody in Blue (Gershwin), Variety Suite (Shostakovitch) et sur les deux extraits du Gloria de Vivaldi a été une belle réussite. Le partage de la scène entre les Chinois et les Mauriciens était très attendu. L’ensemble a reçu un tonnerre d’applaudissements pour le morceau La Rivier Tanier, un classique très connu à Maurice, et Le jasmin, une chanson folklorique chinoise, qui a subjugué le public.