On pensait que Tandragee serait difficilement battu vu qu’il était nettement avantagé au handicap. Mais Reim, à la faveur d’un excellent départ et aussi peut-être aidé par l’absence de dernière minute de The Pieman pour cause de boiterie et la bonne monte de Rye Joorawon, conserva l’avantage jusqu’au bout face à son compagnon de box. En remportant cette épreuve principale, Ramapatee Gujadhur a sans doute déjà sablé le champagne, même s’il a quelque part tenté de faire croire que le titre n’était pas déjà gagné.
Reim démarra bien sous la selle de Rye Joorawon. L’apport du Monty Roberts Blanket l’aida à entrer plus vite dans le vif du sujet. Pas inquiété à l’avant, il put ainsi faire à sa guise. Sentant le danger, Derreck David demanda à Seeking Angelo de se rapprocher. Il devait toutefois rester à l’extérieur car Tandragee était à la corde. Reim avait lui accéléré dès l’amorce de la ligne droite d’en face.
En jetant un coup d’oeil au chronomètre, on vit que les premiers 365m avaient été couverts en un peu moins de 25″ (24″81 pour être plus précis). Ce qui est un tempo relativement lent pour la catégorie. Rye Joorawon avait décidé de jouer pleinement dans le dernier kilomètre. Donnie Brasco restait dans le coup car la course n’avait pas été lancée et qu’il n’était pas décroché.
À 500m de l’arrivée, on savait déjà que Seeking Angelo ne pourrait l’emporter. Cependant, Donnie Brasco était toujours en lice pour la victoire. Il en était de même pour Tandragee. Ce dernier accéléra bien dans la première partie de la ligne droite pour accrocher Reim. La monture de Rye Joorawon n’avait pas encore tout donné et elle repartit à 100m de l’arrivée et Noel Callow, s’avouant vaincu, baissa les rênes. Donnie Brasco était relégué à plus de 2L. Seeking Angelo était encore plus loin.
Que peut-on dire d’autre de cette course, sinon que Noel Callow semblait encore plus satisfait d’avoir été battu et de voir Rye Joorawon le devancer au finish. Son comportement n’a pas échappé aux Racing Stewards, qui lui en firent la remarque. En bon acteur — on se serait cru dans un film de Bollywood —, il s’est excusé pour ce geste. Et on peut aussi se demander pourquoi il s’était retourné pour regarder à son intérieur en fin de parcours alors que les deux autres adversaires avaient pris l’option extérieure depuis belle lurette. En fin de compte, Reim a pu remporter sa première course au Champ de Mars. Il s’est montré moins ardent et peut être mieux contrôlé maintenant. Ce qui lui augure un avenir prometteur en 2016.
 
Les autres courses
+300 victoires pour Rye Joorawon

1. Confirmation de la part de Captain’s Cronicle, qui restait sur une bonne dernière course. Il tira avantage de sa première ligne pour se porter en tête et il ne fut jamais rejoint. Ce qui lui permit d’ouvrir son compteur à sa 15e tentative. À la deuxième place, on retrouva Data Controller. Son jockey pensait peut-être pouvoir diriger les opérations, mais il eut affaire à plus rapide que lui. Il se positionna en troisième position. Ce qui fut une bonne chose. Cependant, on fut sous l’impression qu’il aurait pu courir plus proche de Torero. S’il est vrai qu’il ne fut pas retenu, il aurait pu se placer dans le sillage du deuxième sans avoir à effectuer un gros effort. Surtout qu’à l’avant Captain’s Cronicle n’avait pas imposé un rythme ultra rapide. Ainsi, Data Controller eut trop de retard à combler et se retrouva à une longueur de Captain’s Cronicle. Constellation, notre choix, fit illusion au début de la ligne droite avant de verser à l’intérieur. Il ne termina que troisième devant Brazo, qui ne put passer la surmultiplié. Obligation devança Montante pour la cinquième place. Rye Joorawon accrochait à l’occasion sa 299e victoire au Champ de Mars. À signaler que Rakesh Bhaugeerothee (Brazo) fut sanctionné d’une suspension d’une semaine pour avoir gêné Beautiful Bhutan aux 1250m.