L’avant dernière journée régulière de la saison 2015 a été dominée par les cavaliers locaux, qui ont remporté les huit épreuves au programme. La plus grosse part du gâteau est revenue au jockey le plus prolifique du Champ de Mars, Rye Joorawon, qui a franchi le cap des 300 victoires, avec quatre nouveaux succès, dont l’épreuve principale remportée sur la doublure de l’écurie Gujadhur Reim, qui profita des circonstances pour l’emporter devant Tandragee, piloté par un Callow peu convaincant. Ces deux premières places permettent au leader de creuser l’écart avec Rs 810 000 d’avance sur Rousset, qui n’a récolté que des miettes.
L’épreuve phare, qui n’aurait déjà pas pu avoir lieu si la GRA n’avait pas apporté des modifications aux règlements concernant le nombre minimum de chevaux requis — ce chiffre est passé de six à trois dans les épreuves à ce niveau —, ne regroupa que quatre partants suite au retrait de dernière minute de The Pieman après qu’une sensibilité à son pied fut décelée. L’écurie Gujadhur, muette depuis le début de la journée, avait une belle carte à jouer avec Tandragee et Reim, nettement avantagés au handicap par rapport à leurs adversaires. Gilbert Rousset était représenté par Seeking Angelo dont les chances n’étaient pas évidentes à ce niveau, tandis que Donnie Brasco se présentait comme un outsider valable malgré son désavantage au handicap.
La présence de The Pieman aurait sans doute eu une influence sur le déroulement de la course, car sa participation aurait certainement forcé Reim à sortir de son pas si éventuellement ce dernier voulait courir en tête. Avec 53kg sur le dos, la doublure de Patrick Merven aurait même pu se retrouver en tête. En l’absence de The Pieman, Reim n’éprouva aucune difficulté de prendre le train à son compte. Il se montra ardent sur le premier furlong lorsqu’il fut ramené par son cavalier. En jetant un coup d’oeil au temps fractionné, on constate que Reim parcourut les premiers 365m en 24.81 contre 24.49 pour Captain’s Cronicle dans l’épreuve d’ouverture pour la fourchette de 0-30. Finalement, la course principale fut réduite à un sprint sur 1000m puisqu’après le Tombeau Malartic, Joorawon fila les rênes à sa monture, qui durcit le pas. Reim remit une couche au poteau des 600m, forçant David et Rama de mettre la pression sur leurs montures afin de rester dans le coup. Tandragee était, lui, en main et il se rapprocha avec aisance lorsqu’il fut déboîté à environ 300 mètres de l’arrivée.
Après avoir négocié le dernier tournant, Callow jeta un coup d’oeil à l’arrière visiblement pour voir où se trouvait son principal adversaire Donnie Brasco. Ce dernier était déjà lancé à l’extérieur, mais il pencha sur sa droite dans l’emballage final. Entre-temps, Tandragee s’était rapproché de Reim lorsque Callow lui demanda un effort. Cependant, l’Australien se montra moins convaincant dans la seconde partie de la ligne d’arrivée. Si en effet, on pouvait voir le mouvement de ses bras syncronisés à celui du cheval, on pouvait aussi s’apercevoir que l’Australian changea son style une fois que Tandragee se retrouva à la hauteur de Reim et qu’il ne mettait pas de pression de sa main gauche sur l’encolure du cheval. Du moins son style différait de celui sur sa dernière victoire sur Tandragee lors de la trente-et-unième journée et sur celui de Kremlin Captain une semaine plus tôt. Juste après le but Callow, pourtant engagé sur le favori, se permit de célébrer la victoire de Reim.
En comparant ces différentes montes, nous sommes d’avis que Tandragee aurait pu prendre l’avantage sur Reim si Callow l’avait piloté avec sa vigueur et son style habituels. Reim en profitait, lui, pour ouvrir son palmarès après avoir échoué de peu la semaine dernière derrière Hillbrow. Ces deux premières places ont surtout permis à Ramapatee Gujadhur de récolter Rs 290 000 de plus et d’aborder la dernière journée régulière de la saison avec plus d’optimisme. C’était aussi la troisième victoire de la journée de Joorawon dont le compteur affichait désormais 301 victoires.
Elite Class, la 300e de Joorawon
C’est en s’imposant sur Elite Class que Rye Joorawon, déjà le plus prolifique du Champ de Mars, devint le premier jockey à atteindre le cap des 300 victoires sur notre turf. Certes, le petit champion de Ricky Maingard revenait dans la C6 où il avait été battu par Torotino, mais outre sa condition améliorée, il avait pour lui le fait de s’élancer de la première ligne. Cet avantage, il en profita en s’installant en tête dès les premières encablures, tandis que Deux Fabuleax était condamné en troisième épaisseur et que Gida avait pris un départ moyen. A partir de là, la confiance était de mise dans l’entourage d’Elite Class. Headstrong Harry était toujours dans le coup dans le dernier virage, mais après qu’il eut été incommodé par le futur gagnant, qui abusa quelque peu de la largeur de la piste, il ne fut pas accompagné comme il se doit de l’être par son cavalier. Parado se rapprocha tout seul à la corde et obtint le boulevard à l’intérieur, mais David attendit longtemps, soit à 200 mètres de l’arrivée, pour se mettre en évidence. Parado donna l’impression de pouvoir combler son retard, mais David choisit de changer sa cravache de main sans raison apparente à environ 50m du but. Elite Class en profita pour repousser l’attaque de son ancien compagnon de box jusqu’au bout.
Auparavant Joorawon s’était signalé sur Captain’s Cronicle qui, en l’absence de son récent vainqueur Port Albert, ne laissa pas passer sa chance dans The Sir Gaëtan Duval Q.C Cup. De sa première ligne, il n’eut aucune peine à s’emparer de la position tête et corde. Torero tenta de lui disputer le commandement sur le premier furlong, mais Vikram Sola se ravisa. Torero accrocha le meneur à l’entrée de la ligne droite finale, mais il ne put prolonger son effort jusqu’au bout. Constellation fit illusion à mi-ligne droite, mais il manqua de punch pour finir. Data Controller est celui qui se montra le plus menaçant, mais il eut trop de terrain à refaire dans l’emballage final. On estime que le représentant d’Alain Perdrau aurait pu disputer la victoire s’il avait suivi de plus près de Torero, qui comptait environ 4L d’avance sur lui à 600 mètres de l’arrivée.
Joorawon signa sa quatrième victoire de la journée, sa troisième pour le compte de Ricky Maingard sur Rebel’s Game qui réalisa le bout en bout. Le malheureux de la course se nomme Viento Magico, qui fut condamné en troisième épaisseur sur la première moitié du parcours. Le coursier de Rameshwar Gujadhur reçut un coup de cravache dans la descente afin de contourner Domani et se porter sur l’arrière-main du meneur. Ce dernier imprima une allure régulière et repartit à 600 mètres de l’arrivée. Il tenta de prendre le large vu qu’il ne possède pas une grosse accélération, mais il fut suivi comme son ombre par Viento Magico. Ces deux chevaux comptaient environ 4L sur Domani et Kaafel à l’entrée de la ligne droite. On pensait que Viento Magico pourrait prendre l’avantage dans l’emballage final, mais il versa à l’intérieur et paya ses efforts fournis plus tôt. Rebel’s Game continua sur le même rythme et cela s’avéra suffisant pour l’emporter. Direct Approach se rapprocha vivement sur le tard pour compléter le podium.
Don’t Tell Mama, la seule jument en action au Champ de Mars actuellement, continue à faire parler d’elle. Convaincante lors de ses deux dernières sorties victorieuses, cette élève de Jean-Michel Henry profita de sa bonne forme du moment pour réaliser la passe de trois. Pourtant, sa tâche ne s’annonçait pas aussi facile au départ vu qu’elle avait hérité de la huitième ligne. Son entraîneur avait fait le bon choix en la confiant à Nishal Teeha, connu pour un as du départ, qui le propulsa aux avant-postes sans trop de difficulté. A partir de là, on savait que Don’t Tell Mama serait difficile à remonter. Cependant, vu qu’elle imposa un bon rythme, les finisseurs, à l’instar de Smitten ou encore It’s My Party, pouvaient esperer renverser la vapeur, mais leur accélération s’avéra insuffisante pour inquiéter Don’t Tell Mama. Le danger vint de Van Der Scaler, confié à Horil, mais le bai de Gujadhur ne put combler tout son retard sur la jument.
Always Flirting sur tapis vert
La sirène retentit une première fois pour annoncer l’ouverture d’une enquête d’office des commissaires sur un incident intervenu dans la ligne droite finale de la cinquième épreuve avant que Nishal Teeha, qui pilotait Always Flirting, arrivé deuxième, ne loge une objection contre le gagnant, Lucky Valentine, pour interférence alléguée. Le film de la course démontre clairement que Lucky Valentine versa à l’extérieur à partir de l’entrée de la ligne droite finale, incommodant sur environ 10 foulées Always Flirting, qui dut être dirigé à son intérieur. Durant l’enquête, Teeha a soutenu que le changement de ligne de Lucky Valentine l’a forcé encore plus en épaisseur et qu’il n’a pu assister son cheval comme il l’aurait voulu sur trois foulées. Selon lui, cet interference lui aurait coûté une longueur. Jean-Michel Henry a, de son côté, soutenu que Bhaugeerothee n’a à aucun moment changé sa cravache de main, encore moins tenté de redresser sa monture, la laissant dériver sur sa gauche. Bhaugeerothee a admis que son cheval a hang out sur cette partie de la course, mais a fait ressortir que Teeha n’a jamais cessé de monter son cheval. Expliquant le changement de ligne de son cheval, le Mauricien a déclaré que c’est peut-être dû à la grosse entaille que le cheval s’est fait au sabot du pied droit. Après avoir revu le film sous tous les angles et considéré la marge qui séparait ces deux chevaux à l’arrivée (0,60L), les Racing Stewards ont été d’avis que cette interférence a porté préjudice à Always Flirting et ont par consequent inversé l’ordre d’arrivée, déclarant Always Flirting vainqueur. Si ces résultats découlent d’une certaine logique voulant que Lucky Valentine n’a pu bénéficier de sa faute, on se permet de s’interroger sur le cas de Desert Sheik une semaine plus tôt alors que les faits d’interférence étaient reconnus par les RS. C’était la deuxième victoire pour le tandem Teeha- Henry.
Patrick Merven aura attendu longtemps pour aller chercher Amber Palace sur la grande piste. En effet, la vingt-septième aura été la bonne pour ce bai de 7 ans dont la valeur avait connu une constante baisse, passant de 60 à 24. A l’occasion, son entraîneur l’avait maintenu sur sa fraîcheur durant la semaine et il l’avait aligné dans une valeur supérieure par rapport à ses dernières courses. Sur le papier, les quatre premiers chevaux offraient les meilleures garanties par rapport à leurs dernières sorties. On espérait voir Evergreen aux avant-postes, mais Callow n’insista pas et repris sa monture qu’il plaça sur le flanc gauche de Ted Bassett et plus en retrait par rapport à Tiger Island. Ramapatee Gujadhur fut d’ailleurs interrogé sur cette tactique par les RS. Après avoir donné ses explications, l’entraîneur a reconnu qu’il aurait été plus judicieux de demander à Callow de prendre le train à son compte au lieu d’évoluer en attentiste. Ted Bassett fut incommodé une première fois au passage du but après que Hancock’s Dynasty eut penché sur Red Lotus. Monarch’s Emblem dut être repris et il trébuta. Naiko plaida coupable de monte négligente et il écopa d’une suspension de deux journées mauriciennes. Le jocket attaché à l’écurie Perdrau fut sanctionné une deuxième fois pour avoir gêné Ted Bassett au 1200m alors qu’il se rabattait à la corde. La sanction fut la même, mais il devra finalement les purger concurremment. Habitué à évoluer en arrière-garde, Tiger Island se retrouva sur l’arrière-main du meneur et le nez au vent, il ne put produire son finish habituel. Colour Of Courage commença son effort à la rue du Gouvernement, mais il fut forcé en épaisseur par Evergreen. A mi-ligne droite, David perdit même sa cravache. Hancock’s Dynasty s’amena à l’intérieur et fit longtemps figure de vainqueur, mais c’était sans compter avec Amber Palace qui s’amena en force à son extérieur pour forcer la différence sur la fin.
8 sur 8 pour les Mauriciens
Seuls huit chevaux étaient en action dans l’épreuve de clôture après le retrait de Storm Alterno pour cause de boîterie. Cette course, qui ressemblait étrangement à celle de Tembot, livra sans doute un des scénarios les plus improbables avec Please To Progress, connu pour ses qualités de finisseur, dans le rôle de pacemaker. A l’exception d’Ice Trigger, qui fut sollicité sur une cinquantaine de mètre, aucun de ses adversaires ne fit l’effort de lui disputer le commandement. Captain Matthew semblait pourtant pouvoir prendre l’avantage sur la partie intiale, mais il fut retenu par son cavalier. Holland n’était visiblement pas déterminé non plus de prendre la direction des opérations, alors que son cheval a gagné en faisant le bout en bout. Bhaugeerothee profita de ce manque flagrant d’initiative — il serait intéressant de savoir si les commissaires enquêteront sur la tactique de ces chevaux — pour s’installer en tête. Par la suite, le meneur imprima un train d’enterrement sans susciter la moindre réaction de la part de ses adversaires avant de lancer le sprint à environ 500 mètres du but. Dunraven fit illusion à l’entrée de la ligne droite, mais il ne se montra pas aussi percutant que Please To Progress, qui réalisa les meilleurs 400 derniers mètres de la journée, toutes épreuves confondues. Les 1850m furent couverts dans le temps médiocre de 2.00.06. C’était la huitième victoire des Mauriciens hier.