Reconnus coupables de conflits d’intérêts, le 22 novembre dernier, dans une affaire d’allocation d’étals, l’ancien maire de Quatre-Bornes et deux anciens conseillers municipaux ont été condamnés ce matin à neuf mois de prison. La sentence a été suspendue en attendant le rapport social du Probation Office pour déterminer s’ils sont éligibles pour des travaux communautaires. Ils devront être de retour en Cour le 26 janvier.
Il était reproché à l’ancien maire de Quatre-Bornes, Roshan Munee Seetohul, et deux anciens conseillers municipaux, Chetanand Pursun et Nirendranath Kumar Chady, d’avoir favorisé l’allocation d’étals à des proches. Tous trois étaient poursuivis pour conflit d’intérêts sous la Prevention of Corruption Act (PoCA). En Cour intermédiaire, les magistrats Ratna Seetohul-Toolsee et Raj Seebaluck avaient jugé qu’« il n’y avait aucun doute que les trois accusés avaient favorisé leurs proches ».
Chetanand Pursun, Roshan Munee Seetohul et Nirendranath Kumar Chady, tous trois âgés d’une cinquantaine d’années, étaient représentés par Me Yousuf Mohamed (SC). La poursuite, elle, était menée par l’Assistant Chief Legal Adviser de la commission anticorruption, Me Kaushik Goburdhun.
Dans cette affaire, Chetanand Pursun était le président du Public Health Committee tandis que les deux autres en étaient membres. Lors d’une réunion le 31 juillet 2007, tous avaient approuvé les recommandations du sous-comité du Public Health Committee sur l’allocation d’étals à la foire de Quatre-Bornes se tenant tous les mardis et vendredis. Chetanand Pursun avait approuvé l’allocation d’un étal à son épouse, Mucktasing Pursun, et à ses deux soeurs, Nowtee Rajcoomar et Oomawtee Tacouri. Roshan Munee Seetohul avait, lui, approuvé l’octroi d’un étal à sa femme, Sandhya Devi Seetohul. De son côté, Nirendranath Kumar Chady avait approuvé l’allocation d’un étal à son beau-frère, Ajay Kumar Boojwan.
Dans leur jugement, les magistrats ont conclu que « by approving the allocation of the stalls for their relatives, the accused parties in their capacity as elected councillors had unfairly favoured their close ones to the detriment of hundreds of other citizens of Quatre-Bornes who had taken part in this fierce competition. Their guilty intention is found in the fact that they all knew their close relatives had applied for the stalls, but despite this, they took active part in the meeting to approve the allocation of the stalls without giving the prescribed written notice of their interest ».