Cette semaine, le suspense est monté d’un cran au vu de la coquette somme de Rs 100 millions au Loto. Les détaillants étaient submergés hier de clients aspirants millionnaires. Nous sommes allés à la rencontre de certains d’entre eux à Curepipe, Quatre-Bornes et Rose-Hill.
Parcourant les rues de Curepipe, nous ne manquons pas de nous rendre à Ritz. Si la ville lumière semblait assez calme hier, c’est une tout autre chose une fois entré chez Ritz. Ce petit commerce, qui avait enregistré un gagnant dans le passé, est en pleine ébullition avec les clients qui s’empressent de jouer au Loto. En accostant la gérante Eileen, cette dernière nous confie qu’elle attend beaucoup plus de personnes aujourd’hui. « Les mauriciens ont tendance à attendre la dernière minute », soutient-elle toute souriante. Alors que nous l’abordons, autour, les clients s’activent à cocher les cases. L’effervescence était bien palpable hier. Eileen fait ressortir que : « J’attends cette personne chanceuse qui va me donner les bons numéros ».
Si Eileen arrive à tenir le rythme, c’est la folie à Bhageerutty Commercial Centre à Vacoas. À tel point que la gérante de l’établissement Veenaya Surnam a dû confier l’opération du Loto à deux employées. L’une a pour tâche de remettre les tickets alors que l’autre s’occupe de la caisse. D’ailleurs, Mme Surnam souligne que cela fait une semaine que c’est ainsi : depuis la cagnotte de Rs 80 millions. L’euphorie ne s’étant pas estompée, le commerce a dû s’adapter aux exigences du client. « Les gens, toutes communautés confondues, viennent pour la loterie et elles ont de 18 ans à monter », nous déclare la gérante. Veenaya Surnam nous confie aussi que ses clients viennent à des jours spécifiques. Notamment les vendredi, mardi et samedi. Ces jours étant leur « jour de chance ». Interrogée quant à la possibilité d’avoir un gagnant, Mme Surnam n’écarte pas cette éventualité. Elle nous confie au passage une anecdote. « Dans le passé, j’avais interpellé un homme qui faisait son jogging. Je lui ai dit que je sentais qu’il aurait peut-être sa chance aujourd’hui. Lui, qui n’avait pas l’habitude de jouer, a suivi mon conseil. Deux semaines après, il est venu me voir afin de me confier qu’il avait gagné Rs 100 000. Alors, je me dis que c’est toujours possible. Qui sait ? », nous déclare notre interlocutrice.
Un peu plus loin à Quatre-Bornes, Vidyesh Beeharee gérant du commerce Market Beeharee, nous prête peu d’attention quand on l’accoste. Et pour cause : son épouse et lui doivent s’occuper des clients qui ne cessent d’augmenter. Mari et femme nous confient d’ailleurs que c’est ainsi depuis dimanche. Ils nous disent que la plupart des gens qui sont venus pour les Rs 100 M sont des réguliers. Ayant déjà enregistré un gagnant à deux reprises, M. Beeharee souligne, sourire aux lèvres, : « Jamais deux sans trois ».
À Rose-Hill, c’était la file indienne devant André Snack. Les clients se bousculaient pour jouer à la loterie. À tel point qu’il était difficile de circuler. « Vous désirez monsieur ? », n’arrêtait pas de lancer une dame, visiblement prise dans la spirale des clients. Son époux, Yip Woon Sun Chun, nous affirme néanmoins qu’ils sont « gonflés à bloc ». Et d’ajouter qu’ils espèrent que l’un de leurs clients trouvera le bon numéro. Certains clients avaient même déboursé de Rs 2000 à Rs 3000.
Si bon nombre de mauriciens comptent sur la somme alléchante de Rs 100 M, afin de faire de leurs rêves une réalité, ce n’est que ce soir qu’ils auront le coeur net avec l’annonce des numéros gagnants…