Un groupe de médecins organise, dimanche 25 mars, une conférence « Mama, lavenir to zanfan, li dan to lamin » à la municipalité de Quatre-Bornes. Cet événement vise à mieux préparer les femmes à assumer leur rôle de mère à travers des conseils pratiques d’un point de vue médical et psychosocial.
La conférence « Mama, lavenir to zanfan, li dan to lamin » s’inscrit dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme célébrée le 8 mars et de la fête des mères en mai. Une série de conférences/débats par ailleurs suivront.
Un des premiers constats ayant induit à cette initiative, explique le Dr Radhika Jagatsingh-Beehuspoteea, est le nombre croissant de pratiques de césarienne dans le pays. « On veut commencer par une série de conférences/débats qui aident la mère en tant que mère dans la vie de tous les jours », explique la pédiatre.
La conférence aura deux grands volets : médical et psychosocial. Le Dr Jagatsingh interviendra sur la préparation de la venue du bébé : « La nutrition de la femme avant d’être maman » ; « La nutrition de la femme pendant la grossesse » ; « Le repos et les exercices de même que la péridurale » seront abordés. Le public pourra ainsi mieux cerner les grandes différences entre l’accouchement par césarienne et l’accouchement par voie basse et apprendra davantage sur l’allaitement maternel et la mort subite du nourrisson. Un temps est prévu pour les questions de l’assistance.
Le Dr Hyleen Mariaye, du MIE, interviendra quant à elle sur l’aspect psychosocial de la maternité. La thématique choisie est « Femme, mère et éducatrice ». Elle abordera les sujets suivants : « Quand est-ce qu’une femme est prête pour être maman ? » ; « Les pressions sociales qu’on met sur elles » et « L’instinct maternel ». « Si on pouvait changer la perception des gens par rapport à cette question, cela aiderait beaucoup », estime le Dr Jagatsingh.
Le public pourra également entendre les témoignages d’une jeune femme mère et étudiante à la fois, d’une mère dont l’enfant handicapé est décédé. « Elle partagera son vécu et dira ce qu’un enfant handicapé peut apporter dans une famille. »