« Puis-je avoir l’assurance du Premier ministre que la police donnera des contraventions ? » Question pressante, hier, de la députée rouge Nita Deerpalsing au sujet des autobus qui gênent la fluidité de la circulation rue Saint-Jean, à Quatre-Bornes. C’était lors de la tranche parlementaire consacrée aux questions au PM. Navin Ramgoolam a reconnu qu’il « existe de gros problèmes d’embouteillage dans le centre de Quatre-Bornes ». Il a assuré que les opérateurs d’autobus qui gêneraient la circulation seront sanctionnés.
« Le gouvernement est pleinement conscient des problèmes majeurs d’embouteillage dans le centre de Quatre-Bornes », a déclaré Navin Ramgoolam dans sa réponse à Nita Deerpalsing. La députée de Belle-Rose/Quatre-Bornes avait voulu obtenir des renseignements au sujet d’autobus qui appartiendraient à des propriétaires privés et qui encombreraient la fluidité de la circulation.
Le Premier ministre devait indiquer qu’une « integrated approach to traffic management is being adopted » et que plusieurs développements d’infrastructures routières sont en cours pour contourner ce problème de congestion routière. Il faisait référence, précisément, à la Phoenix/Beau-Songes Link Road de même qu’aux travaux en cours pour l’élargissement de l’avenue Tulipe. Navin Ramgoolam a par ailleurs indiqué que le projet de délocalisation du marché de Quatre-Bornes, ainsi que l’avait demandé la députée Deerpalsing, a déjà été approuvé par le gouvernement.
Le PM a ajouté que ce problème de congestion routière a empiré avec les diverses déviations actuelles aux alentours de la rue Saint Jean et de Sodnac, dues notamment aux travaux de tout-à-l’égout qui y ont lieu à présent.
Il a toutefois assuré que des patrouilles policières ont lieu durant le jour et que depuis 2010, 190 contraventions ont été émises pour « obstruction », « encombrement à la circulation » et « ramassage de passagers hors des arrêts d’autobus », entre autres. Des mesures, a assuré le Premier ministre, sont prises pour qu’aucun opérateur d’autobus ne vienne encombrer la circulation autour du Bus Traffic Centre.
Alors que la directrice de communication du Parti travailliste sollicitait l’assurance du Premier ministre que la police viendrait émettre des contraventions aux chauffeurs d’autobus qui gêneraient la circulation, le whip de l’Opposition, Rajesh Bhagwan, devait ainsi plaisanter : « Dulthumun finn donn lord pa vini ». D’autres commentaires piquants se sont fait entendre à l’exemple de celui du député mauve Raffick Sorefan : « Puis-je savoir si les propriétaires de ces autobus viennent de Flacq ? », faisant ainsi référence au ministre Anil Bachoo, député de Flacq/Bon-Accueil.
La députée Deerpalsing a demandé au Premier ministre d’expédier des lettres d’avertissement aux propriétaires d’autobus concernés et d’assurer que « they should obey in law and if they do not, they’ll be sanctioned ».