Kavi Ramano et Nita Deerpalsing, qui intervenaient hier lors d’une réunion nocturne à La Source à Quatre-Bornes, ont tous les deux soutenu que l’accord entre le PTr et le MMM est avant tout démocratique et que les deux leaders Navin Ramgoolam et Paul Bérenger sont respectueux des institutions. Ils ont invité les militants du PTr et du MMM à se mobiliser en vue du congrès régional prévu lundi prochain à Quatre-Bornes.
Réfutant les critiques des adversaires de l’alliance PTr/MMM qui la présente comme antidémocratique, Kavi Ramano a affirmé que rien n’est plus loin de la vérité. Il a cité en exemple le projet de réforme électorale et de réforme constitutionnelle en vue de la création d’une IIe République. « Si le PTr et le MMM étaient antidémocratiques, ils auraient présenté les deux textes de loi au parlement où ils disposaient de la majorité nécessaire pour les faire adopter. Au contraire, dans un esprit démocratique et par respect pour l’électorat, ils ont choisi de porter ces projets devant la population lors des prochaines élections générales afin d’obtenir le plébiscite de l’électorat avant d’aller de l’avant à l’Assemblée nationale », a-t-il soutenu. Il a, de plus, évoqué la concentration des pouvoirs entre les mains du Premier ministre et a souligné que le partage des pouvoirs entre le président de la République et le PM est un acte profondément démocratique. Il a finalement soutenu que le fait que le président de la République avec des pouvoirs additionnels sera élu aux suffrages universels constitue également une démarche démocratique. Kavi Ramano s’est appesanti ensuite sur les projets réalisés dans la circonscription N° 18. Il a souligné que Quatre-Bornes est une ville qui a connu des mutations profondes et a souligné l’importance d’un plan d’aménagement pour revoir le trafic routier, la délimitation des régions urbaines et commerciales notamment pour les projets de logements. Ce plan doit prendre en considération le fait que le tracé du métro léger doit passer par Quatre-Bornes. Xavier-Luc Duval, candidat de l’Alliance Lepep dans cette circonscription, n’a pas été épargné. « Si sa déclaration relative à sa marge de manoeuvre dans le gouvernement était vraie, comment se fait-il qu’il ait pu dépenser Rs 27 M pour la création du slogan « Maurice c’est un plaisir », Rs 20 M pour le Festival Kreol sans compter qu’il ait placé ses proches parents et amis dans les ambassades et à la tête des institutions publiques ? » s’est-il demandé en rappelant que XLD a été ministre du Tourisme, ministre de l’Autonomisation des plus démunis et ministre de l’Économie.
Pour sa part, Nita Deerpalsing a ciblé sir Anerood Jugnauth et parlé de l’affaire MedPoint. Pour elle, c’est parce que le Premier ministre Navin Ramgoolam est respectueux des institutions qu’il a refusé de céder aux pressions exercées par SAJ, alors président de la République, pour forcer l’ICAC à abandonner l’enquête sur Pravind Jugnauth relativement à MedPoint. La pension et les bénéfices obtenus par SAJ en tant qu’ancien Premier ministre et ancien président de la République, dit-elle, avoisinent les Rs 500 000 par mois « et malgré cela il n’hésite pas à toucher la pension de Rs 3 600 ». Elle a lancé un défi à SAJ, lui demandant de publier une liste de personnes qui bénéficient de son assistance tenant en considération le montant de ses pensions obtenues des fonds publics. Robert Hungley, ancien maire, s’est également adressé à l’assistance.