La maire de Quatre-Bornes Ariane Oxenham n’y est pas allée de main morte hier lors de la réunion du conseil municipal. Elle a remonté les bretelles des responsables de l’administration de la ville, les exhortant à « agir en tant que professionnels » et à « satisfaire les attentes des habitants de la Ville des Fleurs » !
« Il est grand temps que chaque employés de cette municipalité prenne ses responsabilités et agisse en tant que professionnel. Nous ne pouvons pas, nous, conseillers et maire, toujours avoir à répondre aux bavures des employés de cette municipalité. Messieurs et Mesdames, vous êtes payés pour faire un travail, pour soulager le quotidien des habitants de Quatre-Bornes. Que chacun, du plus haut au plus petit, prenne ses responsabilités… » a lancé Arian Oxenham d’un ton excédé du haut de sa tribune, sous l’acquiescement général et bruyant des conseillers.
« Vous ne pouvez pas, à chaque fois, vous cacher derrière la réponse, soit du conseiller légal, soit de celle d’un secteur parapublic, pour retarder ou avaliser des décisions prises par le Conseil », a poursuivi la maire.
« Je demanderai donc à l’Acting Chief Executive de veiller à ce qu’il n’y ait pas de manquements dans le ‘day to day work’ de la mairie et que chaque département puisse travailler à plein rendement afin de satisfaire les habitants de la Ville des Fleurs », a-t-elle insisté sous l’approbation évidente des conseillers présents, avant de poursuivre avec l’ordre du jour.
En effet, de réunion en réunion, les conseillers n’ont pas cessé, ces derniers mois, de se plaindre des manquements des responsables de l’administration. La maire de Quatre-Bornes a par ailleurs déploré que, depuis quelques temps, la ville de Quatre-Bornes est défavorablement médiatisée. « Que ce soit au niveau des doléances du public ou au niveau des permis qui sont délivrés par la municipalité ! » s’est-elle indignée.
Reprenant l’ordre du jour, Ariane Oxenham a alors commencé à répondre aux questions posées par les conseillers, comme celles émanant du conseiller Dhiren Gungabissoon concernant le tournage d’un documentaire sur la Ville des Fleurs. Ariane Oxenham a expliqué qu’il était d’abord question de faire, avec le budget disponible, un magazine sur Quatre-Bornes. Mais lors de leur récente visite en Chine, (où ils ont vu un documentaire en trois dimensions sur la ville jumelée de Daquig,  alors qu’ils n’avaient rien en retour à montrer à leur hôtes chinois sur Quatre-Bornes), le Conseil a opté pour le tournage d’un film sur la ville, et ce sur une motion du conseiller Gungabissoon. Elle a ajouté que c’est le conseiller Gungabissoon qui a accompagné l’équipe de tournage en hélicoptère pour des raisons pratiques, d’abord parce que ce dernier est celui qui a introduit la motion et, ensuite, parce qu’il travaille à l’aéroport. «  D’ici une semaine, les habitants de Quatre-Bornes auront à leur disposition un DVD pour montrer à leurs invités la Ville des Fleurs », s’est-elle félicitée. « C’est un film qu’on pourra fièrement montrer aux habitants des villes étrangères auxquelles Quatre-Bornes est jumelée. »
Autre point fort de la réunion du conseil municipal : des erreurs constatées dans l’enregistrement des conseillers aux réunions du conseil. Le conseiller Chetanand Pursun a ainsi attiré l’attention du conseil sur des erreurs dans les procès-verbaux des réunions des comités du conseil, où il a été enregistré comme étant présent alors qu’il n’en faisait pas partie. Cela a donné lieu a des débats parfois très houleux. « Mo pou al pli divan… Car cela a été fait intentionnellement ! » s’est-il écrié.
Le Chief Executive par intérim, M. R. P. Manna, a promis « une enquête approfondie » dans cette affaire.
La sous-location de certains appartements de la Newton House (un complexe résidentiel situé vis-à-vis de la MCB de Quatre-Bornes et une propriété du conseil) et l’état de la piscine du complexe sportif Jean-Roland Delaître ont également été au centre des questions des conseillers.