Au meeting de clôture de l’alliance MMM/MSM hier soir à La Louise, Quatre-Bornes, le leader des mauves, Paul Bérenger, a exprimé sa confiance, et énuméré les « signes de panique » qu’il a dit déceler chez le Premier ministre Navin Ramgoolam. « Nou pa bizin fer meeting karavann », a soutenu pour sa part Rajesh Bhagwan, le secrétaire général des mauves. « La veille dan Quatre-Bornes, ti ena bis Savanne ek Triolet pou bann rouz », soutient-il.
Paul Bérenger devait affirmer que « MMM/MSM pe al ver la viktwar malgre tou bann abus ki finn ena ». Il devait citer l’Independent Broadcasting Authority « ki finn ferm la bous dimounn ek kinn bizin kile deux jours de cela ». Après les villageoises, le momentum est bon pour un « 5-0 » à Quatre-Bornes, soutient Paul Bérenger. « Triolet ti enn formalite, zot finn gagn sok, gran sok ». Mais également, « landrwa kot finn met plis foto Navin, sa mem bann landwra kot linn gagn plis beze ». « Ramgoolam pou bizin rann kont listwar », lance le leader des mauves. « Nou bizin rann prestige lontan bann minisipalite. Et nou finn trouv bann sign de panik : ena affiches illégales ek tou kalite fos rimer dan Port-Louis. Sa enn sign sa ! Zot pran kontrakter pou kol lafis pou zot. Kot ena sa kot militan ? » a relevé Paul Bérenger avant de citer les « derniers palabres ». Et de lancer : « Eta Lady Briyani ! To dir noun zwenn Cehl Meeah 13 fwa. Apre Navin Ramgoolam, plis konn konte, vinn dir nou finn zwenn li 8 fwa ! Dernye palab, Bangaleea MSM… ». Non sans ajouter au folklore de la joute municipale, Paul Bérenger a dressé la liste des ministres travaillistes « déchus » réintégrés lors de cette campagne. « Bann Dulull gagn Mauritius Telecom, bann Chady pe donn coup de main… Konbien lougarou li pou servi ? »
Des signes que sir Anerood Jugnauth, bien accueilli à Quatre-Bornes, n’a pas manqué de mettre de l’avant. « Ramgoolam mem finn dir la vérité. Linn dir fode pa repet lerer dan vilaz. Be ki erer ou pe koze si ou finn ena enn viktwar dan vilaz », dit-il. Répondant également aux récentes attaques le ciblant, SAJ devait lancer : « Si vremem ena enn zafer ilegal, ena lalwa pou mwa ». Un SAJ remonté devait tout autant s’attaquer à SSR en donnant sa version de l’histoire : « Lindepandans enn arm ki bizin konn servi. Si pa konn servi, pei kile. Akoz samem nou ti balye so papa. Dir li vinn konpar nou listwar ek zot listwar ! »
Revenant sur les attaques de Navin Ramgoolam ou de Reza Issack à son encontre concernant les épisodes Khadafi ou « kreol demon », SAJ a répliqué : « Khadafi ti pe komans distribye trakt partou kritik lezot la religion pou kre division. Eski mo ti bizin les li fer ? Kreol demon ? Si vremem mo ti dir sa, mo ti pou nom président MSM population générale, dépité population générale… Se Sir Gaëtan Duval ki finn fann sa koze la ! »
Steve Obeegadoo, député de Curepipe, en écho à plusieurs autres orateurs lors du meeting hier soir, devait pour sa part marteler : « Premye fwa depi 45 ans enn parti au pouvoir pe al dan eleksyon san enn program ». Et de revenir sur le fait que « 90 % bann konseye Ptr-PMSD pa finn regagn ticket ». Steve Obeegadoo poursuit : « Pov Madam Oxenham, ticket pann gagne, avoy li defann bann lide dan radio, lide pena ». Le 5-0 scandé par les membres du Remake 2000 a par ailleurs été nuancé par SAJ, leader de la formation, et Paul Bérenger : « Fode pa ou krwar nou tro for. Bizin travay ziska dernye ler ».
Pour sa part, Alan Ganoo a soutenu que « malgré bann intimidation, sa eleksyon la pou montre ki kan lepep anvi sanzman, li pou fer so sanzman ». Il a énuméré divers ratés de l’adversaire : « PRB ti enn faillite, bidget, faillite, villageoises enn flop ». Pour lui, Navin Ramgoolam a essuyé une humiliation à Triolet et « bann eleksyon vilazwaz finn ouver sime ».
Veda Balamoody a quant à lui estimé que le fait que « 90 % bann conseillers pann regagn ticket » est une preuve d’incompétence.
Reza Uteem, député de Port-Louis, devait également prendre la parole, en référence aux allégations de Cehl Meeah au parlement : « Kan Cehl Meeah dir ena minis ek depite dan zafer Gros Dereck, fode trouv zot figir. Bizin fer zot tou al deklar zot bann aktif ».
Showkutally Soodhun a ensuite accusé le Parti travailliste de « ne pas tenir des congrès en ville avec les gens des villes ». « Nou finn trouv latent dan meeting Phoenix. Depi kan ou finn trouv latent dan enn meeting Phoenix ou ? Zot pe fer congrès caravane ». Et d’ajouter : « Le 9 desam, se zourne mondial de lutte contre la corruption, anou al vote pou montre zot ! »
Arianne Navarre-Marie, du MMM, s’est exprimée en faveur des femmes. « Azordi, minisipalite pa fer narnye pou fam ek zenfan. Kan MMM ti pe zer minisipalite ti ena bann komite pou bienet bann fam », dit-elle.
Kavi Ramano, seul député mauve de Quatre-Bornes, affirme pour sa part que « bizin remont plis ki 10 ans en aryer pou trouv travayis fer enn meeting La Louise ». Il devait également parler du « manque d’intérêt » des rouges et bleus pour tout ce qui touche à la gestion des municipalités : « Zame travayis pa finn amenn reform dan gouvernman lokal. Sa li ve dir 15-0 sans appel dan Quatre-Bornes. »
Rajesh Bhagwan a vivement critiqué la MBC, la traitant de « froder mariaz ». Pour sa part, Pravind Jugnauth s’est apesanti à faire la liste des scandales « liés à la gestion travailliste » en citant la State Trading Corporation, l’achat de logiciels Microsoft, l’affaire Khamajeet, notamment.
Le meeting était présidé par Alan Ganoo.