L’ancien Grand Argentier : « Mo pa pou relev defi Rajesh Bhagwan, deux fwa monn batt li laba ! Mo mem personnellement monn poze laba. Nou pa pou pran sa au sérieux »
Le leader du PMSD Xavier-Luc Duval a convié ses agents et activistes du N° 18 hier soir au quartier général flambant neuf des bleus à Quatre-Bornes à l’occasion d’une réunion de mobilisation. L’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances a mis en garde sur le fait que cette élection générale anticipée aura des allures de référendum compte tenu de la majorité des trois quarts des voix requise par l’alliance PTr/MMM pour la concrétisation de la IIe République avec un partage des pouvoirs entre les éventuels Président Navin Ramgoolam et Premier ministre Paul Bérenger.
Pendant une bonne partie de son intervention hier soir, Xavier-Luc Duval a passé en revue l’entente électorale entre les rouges et les mauves débouchant sur le projet de IIe République. Non seulement l’alliance PTr/MMM n’obtiendra pas les trois quarts des sièges, mais elle ne remportera pas les prochaines élections générales, soutient-il. « Sa lalians ki zot pe fer la, li pa enn lalians ki finn konstruir lor enn zafer stable. Lalians inn konstruir lor le fet ki zot pou gagn eleksion. Me li pas suffi pou ki sa lalians la marsé. Parski mwa mo krwar ki zot pas pou gagn eleksion. Deziemman li enn lalians ki deman 75 %. Be kot pou gagn 75 % ? Du moment ki pas gagne 75 % l’accord la detruire net, li nepli existé ».
Pour Xavier-Luc Duval, cette élection aura ainsi la portée d’un référendum, compte tenu justement de cette majorité des trois quarts nécessaire pour la mise en place de ce nouveau système politique dans le paysage mauricien. « Se pas zis PTr/MMM ki bannla pe voté la, pe vote pou enn nouvel repiblik. Enn repiblik bancal ! Sa pe marier ensam ek sa eleksyon-là. Se pa zis enn eleksion, se enn eleksion referendum. Sak la croix ki ou meté lor enn candidat PTr ou enn candidat MMM, ou pe dir oui papa, detruire mo pei », a lancé le leader des bleus sous un tonnerre d’applaudissements.
XLD a estimé qu’avec ce partage de pouvoirs entre les futurs Président de la République et Premier ministre, le tandem Ramgoolam/Bérenger promet à la population un « pays ingouvernable ». « Sa partaz de pouvwar ki Berenger ek Ramgoolam pe promet nou là, zot pe promet nou selman enn pei ingouvernable. Mo konn tou les deux byin. Sirtout Navin Ramgoolam. Mo kone ki manière li zalou so prerogativ. Ziska zordi (Ndlr : hier soir) personn pa ti kone vremem sipa pe ferm parlman ou byin non. Tou so pouvwar li kontan garde. Li pa kontan donn nanier ! Pou ena enn division incroyab dan sa gouvernman-la. Li pou vinn ingouvernable ».
Commentant la mobilisation sur le terrain en vue du scrutin à venir et la concrétisation de l’Alliance Lepep avec le MSM et le Muvman Liberater, Xavier-Luc Duval a soutenu que les candidats ne feront pas office de figurants dans les vingt circonscriptions et que l’objectif est clairement de remporter les élections. « Nou la pou nou gagne dan Quatre-Bornes. Nous ne sommes pas ici pour jouer aux figurants dans n’importe quelle circonscription. Tou kandida pe swazir avek atansion. Les candidats sont triés sur le volet. Pena okenn kandida ki pou ale pou fer zoli garson ou zoli tifi, tou pe ale pou kapav mat avec bann adverser ek ranport la victoire. Nou pas oule gagn zis dan Quatre-Bornes, nou pas oule PMSD eli zis dan Quatre-Bornes. Nou anvi nou eli partout ek nou représenté partout », a-t-il soutenu, en ajoutantqu’une réunion s’est tenue hier avec les chefs de l’Alliance Lepep pour peaufiner la liste des candidats.
Cette réunion nocturne ne pouvait se conclure sans que Xavier-Luc Duval ne lance une pique à son ancienne colistière Nita Deerpalsing : « Mo byin sagrin pou Nita Deerpalsing, ti ena bel lespoir lor li sa tifi la. Telman linn fane dans Quatre-Bornes ki azordi li mem pas sir ki li ankor ena so ticket ici. Ramano avoy li promne ek roul tousel partout ». S’agissant du défi de Rajesh Bhagwan pour un duel au N° 20, Xavier-Luc Duval a laissé entendre que « mo pa pou relev defi Bhagwan, deux foi monn batt li laba. Mo mem personelman monn poze laba. Nou pa pou pran sa au sérieux ».