L’enquête policière sur l’accident de Bel-Étang ayant fait quatre morts, dont un enfant de 11 ans, a abordé une étape déterminante hier matin avec le conducteur du camion immatriculé 35 75 NV 93, Bunjunsingh Beeharry, 58 ans, participant à une reconstitution des faits. Cet habitant de Sébastopol, qui avait un taux élevé d’alcool dans le sang, est maintenu en détention policière. Au cours de cet exercice, il s’est évertué à soutenir sa déposition en affirmant que la voiture immatriculée FD 38 aurait surgi d’un champ de cannes devant son véhicule. Depuis ce mardi 11 juin, les familles de Nicole Botte, son fils, Dylan, et son compagnon, Michael Philippe, ainsi que celles de leur ami Cyril Madone sont complètement meurtries après cet accident brutal qui est venu bouleverser leur vie.
Pour les besoins de la reconstitution des faits, qui a débuté aux alentours de 10 h hier matin, Bunjunsingh Beeharry, en présence de son homme de loi, Me Vedakur Rampoortab, devait indiquer formellement aux enquêteurs les étapes clés de cet accident. Le chauffeur a d’abord montré où son camion se trouvait sur la route de Bel-Étang au moment où il aurait vu la voiture immatriculée FD 38 surgir devant lui. Bunjunsingh Beeharry a ensuite indiqué le sentier dans les champs de cannes d’où la voiture serait subitement sortie, avant de finalement identifier le point d’impact entre la voiture et le camion qu’il conduisait. Bunjunsingh Beeharry devait récupérer ce matin-là des ouvriers, avant que son camion n’entre en collision avec l’arrière de la voiture dans laquelle se trouvaient neuf personnes.
Le chauffeur de camion confirme ainsi sa version donnée dans sa déposition au poste de police de Montagne-Blanche, dans laquelle il a affirmé aux enquêteurs : « Enn kout, mo trouv enn loto blan sorti dan enn simin karo kann a drwat. Li inn vire divan moi e mo inn sey evit sa loto la me mo pa inn kapav ; loto la pa ti ena la limier nanyen. »
Après cette étape cruciale de l’enquête policière, Bunjunsingh Beeharry a été reconduit en cellule en attendant sa prochaine comparution en cour, prévue en début de semaine, au cours de laquelle il pourrait être remis en liberté conditionnelle. Toutefois, la version du chauffeur de camion est venue contredire celle avancée par les occupants de la voiture, qui revenaient d’une fête à Camp-de-Masque. Les survivants de ce terrible accident soutiennent en effet que la voiture était en panne et immobilisée depuis au moins deux heures du matin.
Le fait le plus compromettant pour Bunjunsingh Beeharry demeure néanmoins qu’il a été contrôlé positif à l’alcootest, avec un taux de 34 mg d’alcool dans le sang, au-dessus des 23 mg de la limite autorisée. Au cours de son interrogatoire, il a confirmé avoir consommé de l’alcool la veille de l’accident, soit lundi soir, tout en affirmant qu’il n’était pas saoul au moment de prendre le volant. « Mo ti bwar la vey me mo pa ti saoul kan mo ti pe kondwir mo kamion mardi matin », devait-il déclarer à la police, en affirmant également qu’il ne roulait pas à vive allure, soit à 60 km/h.
L’un des prochains volets de l’enquête devrait être la déposition formelle du conducteur de la voiture, Jean-Noël Bègue, 38 ans, encore à l’hôpital de Flacq. Ce survivant de l’accident, qui a toutefois déjà donné certaines indications à la police, a dû subir une intervention chirurgicale pour enlever des éclats de verre ayant pénétré son oeil et soigner une fracture de l’os nasal. À ce stade, aucune indication n’est disponible quant à la date à laquelle la version du chauffeur sera consignée. L’enquête de la police, qui devrait être plus longue que prévue, se poursuit.
Avec ce nouvel accident de la route à Bel-Étang, le deuil afflige de manière brutale et cruelle trois familles. Nicole Botte (46 ans), son fils Dylan (11 ans) et son compagnon Michael Philippe (37 ans) ont été tués en plein bonheur, alors qu’ils construisaient une nouvelle famille. L’autre victime, Cyril Madone (58 ans), laisse derrière lui des proches complètement meurtris et effondrés, dont une fille, Sharon Dubijnon (27 ans), qui a, elle, survécu à l’accident.