« La suppression du barrage routier situé à la Queen Elizabeth Avenue à Curepipe ne doit pas se faire car il s’agit d’une promesse électorale », a soutenu Ananda Rajoo, conseiller mauve, lors de la réunion du conseil vendredi. Pour les membres de l’opposition, le maire Mario Bienvenu doit avancer des raisons « acceptables » qui mettent en avant l’intérêt public.
La décision de barrer la Queen Elizabeth Avenue, située devant la mairie de Curepipe, avait été adoptée et mise en place par l’ancien conseil. « Le barrage ne peut être enlevé au petit bonheur car il a été évoqué comme projet à accomplir pendant la campagne électorale », ont laissé entendre les membres de l’opposition vendredi lors de la réunion du conseil.
Ananda Rajoo, ancien maire de Curepipe, a demandé les raisons pour lesquelles cette structure, ayant coûté Rs 250 000, a été placée dans le centre ville et celles qui poussent Mario Bienvenu à l’enlever. Pour le maire de la ville lumière, cette décision émane des habitants qui souhaitent un meilleur accès à la cour de la municipalité.
« Cette décision a été adoptée par l’ancien conseil afin de veiller au bien-être des Curepipiens. Elle permettait aux préposés de la mairie de disposer d’une aire de stationnement et au public de circuler en toute sécurité », soutient un ex-conseiller. L’avenue Queen Elizabeth auparavant, a-t-il expliqué au Mauricien, ressemblait à un circuit de rallye.
Les membres de l’opposition se disent inquiets des motivations réelles. « Le maire a répondu que cette mesure découlait de la volonté des Curepipiens. Mais de quel groupe de Curepipiens parle-t-il ? Et quelles raisons évoquent-ils pour faire enlever ce barrage ? », lance Ananda Rajoo. Pour le conseiller mauve, c’est l’intérêt public qui prime. « Avant de revoir une telle décision, il est important d’examiner ce qu’elle entraînera. Si elle a été adoptée c’est qu’il y a des raisons. Mario Bienvenu a fait état de neuf raisons pour lesquelles ce projet a vu le jour. Il doit maintenant faire la même chose pour convaincre le conseil d’enlever cette structure. »
Un ex-conseiller s’est pour sa part demandé
« comment se fait-il que les nouveaux conseillers PTr-PMSD ne donnent pas leur opinion à ce sujet. Ils acceptent un tel changement sans rechigner ».
À ce jour, un portail électrique a été aménagé en vue de mieux contrôler l’accès à la Queen Elizabeth Avenue. Cependant, il n’est pas opérationnel…