Pas moins de 18 676 tonnes de sucre ont jusqu’ici été produites à Maurice, indique le bulletin  hebdomadaire de la MCIA. Ce faisant, quelque 35 362 tonnes de cannes ont été broyées tandis que le taux d’extraction est estimé à 8,41.
Selon les observateurs internationaux, les fortes précipitations enregistrées au Brésil ont eu pour conséquences que les cours du sucre atteignent leur plus haut niveau depuis ces trois dernières années. La livre de sucre roux a ainsi dépassé les USD 0,20 à New York, un record depuis la fin 2012. Au Brésil, premier fournisseur mondial de sucre, la pluie perturbe la récolte de cannes, déjà bien moins abondantes que l’an dernier.?En Thaïlande, la sécheresse apportée par El Niño affecte la production, de même qu’en Inde, où le gouvernement de New Delhi a imposé une taxe sur les exportations pour conserver du sucre pas trop cher pour les Indiens, premiers consommateurs au monde. Selon les observateurs, on s’attend à un déficit de la production mondiale de sucre par rapport à la demande, pour les deux années qui viennent. La demande mondiale continue d’augmenter tous les ans de 2%. Par précaution, le négociant de Singapour Wilmar a acheté pour USD 1 milliard de sucre et les fonds réinvestissent cette matière première.