La présence à Maurice de drogues synthétiques dont le Black Mamba et le Wazabi intéresse Aadil Ameer Meea. Le député MMM du N° 3 (Port-Louis Maritime/Port-Louis Est) a suggéré la mise en place d’un Observatoire des drogues pour suivre de près l’évolution sur le marché et adapter les mesures de prévention.
Aadil Ameer Meea voulait savoir s’il y avait une indication quelconque de la police sur l’étendue de la présence des drogues synthétiques à Maurice et quelles mesures sont prises pour prévenir leur prolifération. Dans sa réponse, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a indiqué que ces drogues sont reconnues comme étant illicites sous la Dangerous Drugs Act depuis octobre 2013. La police a enquêté sur 30 cas liés à la vente et la consommation de Black Mamba et de Wazabi. Dans tous ces cas, les enquêtes sont toujours en cours alors que le Forensic Science Laboratory procède aux analyses. À ce jour, on ne connaît pas la quantité de ces drogues introduites à Maurice.
Le Premier ministre a également rappelé qu’une série de mesures ont été prises pour prévenir la consommation de drogue en général et qu’une commission d’enquête sur la drogue serait bientôt mise sur pied, réaffirmant que le gouvernement applique une politique de tolérance zéro à ce sujet. Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, a voulu savoir si les « terms of reference » de cette commission ont déjà été élaborés et si la collaboration des ONG avait été sollicitée, ce à quoi le Premier ministre devait répondre que l’on y travaillait toujours. Aadil Ameer Meea a finalement suggéré la mise sur pied d’un Observatoire pour suivre de près les évolutions sur le marché des drogues afin de mieux adapter la prévention et tenir les parents au courant des dangers, notamment. Le Premier ministre a dit avoir pris note de cette proposition.