Le ministre indien responsable des Affaires des Indiens d’outremer, Valayar Ravi, est à Maurice depuis hier en vue de participer à la réunion du PBD Maurice dont l’ouverture sera effectuée par le Premier ministre Navin Ramgoolam cet après-midi. Dans un entretien accordé au Mauricien il souligne l’importance du Pravasi Bharatiya Divas.
Quelle est l’importance de cette réunion régionale du PBD à Maurice ?
Elle est très importante. La décision d’organiser cette réunion à Maurice a été prise par moi avec l’assentiment du Premier ministre. Durant ces dernières années nous avions organisé plusieurs réunions du PBD en dehors du territoire indien, notamment Singapour, La Haye, Durban et Toronto. Une des raisons qui ont motivé cette décision est que le PBD est toujours organisé en Inde, à Delhi, Chennai entre autres, et la prochaine réunion est prévue à Cochin et aura pour invité d’honneur le Président de la République de Maurice Kailash Purryag. Beaucoup de personnes m’ont dit ne pas pouvoir venir jusqu’à l’Inde parce que cela coûte beaucoup d’argent. C’est ainsi que l’idée d’organiser des réunions régionales m’est venue. C’est une façon de permettre à un maximum de personnes de participer à la conférence, d’avoir l’occasion de rencontrer des leaders indiens ainsi que des personnes d’origine indienne venant d’autres pays.
Maurice a été choisie parce que nous considérons que c’est un pays ami de l’Inde et vice versa. Cela ne date pas d’aujourd’hui mais remonte à bien longtemps avant l’indépendance de l’île. Il y a eu Jawaharlall Nerhu, Indira Gandhi. Les Mauriciens ainsi que le leadership politique à Maurice ont toujours été très corrects et démocratiques et méritent d’être encouragés. We always stand by this country. Maurice a été choisie parce que cela permet aux Mauriciens de même qu’à d’autres habitants de la région de participer à la conférence.
Le PBD régional a débuté par une table ronde des Affaires. Les affaires sont donc une composante importante de la réunion ?
Le PBD comprend plusieurs phases. La première permet aux participants de se rencontrer et de discuter de plusieurs questions, dont les affaires. De plus, les hommes d’affaires indiens et les autorités politiques indiennes ont la possibilité de se rencontrer et de discuter des opportunités d’investissement qu’offre l’Inde. Un jour est consacré pour le chef ministre et les délégués. Ces derniers peuvent rencontrer le Chief Minister de l’État qui accueille la conférence et identifier l’endroit où ils souhaitent investir. Il y a également des activités socio-poliques.
Vous êtes le ministre des Overseas Indian affairs, un ministère qui démontre l’importance qu’accorde le gouvernement à la diaspora ?
La diaspora indienne est composée que quelque sept millions de personnes à travers le monde. Leurs arrières grands pères ont quitté l’Inde pour s’installer dans quelque 150 pays. Ils sont des “People of Indian Origin” mais évidemment leur loyauté va à leurs pays respectifs. Ils sont les citoyens des pays où ils vivent. Leur seule particularité est qu’ils ont le sentiment d’être d’origine indienne. Ils constituent une grande chaîne d’amitié à travers le monde. Le gouvernement de l’Inde est toujours disposé à aider les pays où ils vivent. Le PBD est une sorte de “get together of Indian community” de manière à ce qu’ils se connaissent, parlent le langage et chantent les chansons de leur pays d’origine.
Vous avez dû rencontrer un grand nombre de membres de la diaspora indienne, avez-vous l’impression que la culture indienne est toujours vivante chez eux ?
Chez beaucoup, la culture indienne est toujours dans la tête. Ils ont la même façon de célébrer leur mariage, les mêmes habitudes alimentaires. Ils croient dans les coutumes pratiquées en Inde, en la valeur familiale. Le mérite d’avoir réussi à créer cet esprit de “get together” revient au gouvernement actuel. Cela permet au monde de comprendre la culture indienne et de savoir depuis combien de temps elle existe.
Le certificat de PIO octroie un certain nombre d’avantages à ceux qui en sont détenteurs. Pouvez-vous nous en parler ?
Le PBD a eu l’occasion de se pencher sur cette question. Ce certificat donne l’occasion à ses détenteurs de venir librement en Inde. Deux types de cartes avaient été introduites ; une concerne les personnes d’origine indienne et l’autre ceux qui ont quitté le pays avant l’indépendance. Maintenant, les deux cartes ont été fusionnées. Les détenteurs peuvent rester en Inde aussi longtemps qu’ils le veulent. Ils ne peuvent toutefois acheter des terres agricoles. Ils peuvent faire des affaires.
Quel message voulez-vous adresser aux Mauriciens…
Mon message au peuple de Maurice et de la région est que l’Inde est un pays démocratique avec toutes ses valeurs. Le pays dispose de nombreux partis politiques dans tous ses États. La démocratie indienne est une leçon pour le monde entier. Live in peace as a friend in our own country. The prosperity will always knock at our door when we live as a democracy. The people of Mauritius live like that. I pray for more prosperity to Mauritius and to its people