De passage à Maurice le week-end dernier, le ministre seychellois des Affaires étrangères, Jean Paul Adam, a  affirmé que les Seychelles sont prêts à accueillir une nouvelle enquête sur le décès de Harmon Chellen. « Les policiers seychellois sont prêts à travailler avec leurs homologues mauriciens à ce sujet », précise-t-il.
Quel était le but de votre visite à Maurice ?
Nous étions à Maurice pour parler de l’économie océanique dans le contexte de l’IORA ainsi que dans un contexte tripartite Seychelles-Maurice-Australie. Maurice et les Seychelles sont deux des pays les plus avancés en ce qui concerne le concept de développement de nos océans. Maurice a un plan pour l’Ocean Economy et les Seychelles disposent d’une stratégie pour l’économie bleue. Il y a beaucoup de complémentarité entre ces deux plans. La ministre australienne des Affaires étrangères Julie Bishop était à Maurice pour voir ce que font Maurice et les Seychelles conjointement sur le plateau continental et  en matière développement océanique. L’économie océanique est un élément clé de la politique étrangère australienne. L’Australie dispose d’une grande expertise dans ce domaine.
Quels ont été les sujets évoqués durant votre passage à Maurice ?
Il a bien sûr été question de sécurité maritime. Nous en avons également parlé avec Julie Bishop. Nous avons aussi évoqué des sujets d’ordre bilatéral. La piraterie est plus ou moins sous contrôle. Il y a beaucoup d’autres questions qui ont émergé dans le cadre de la sécurité maritime, dont le trafic humain et le trafic d’armes. Il est important pour nous de renforcer notre politique dans le cadre régional dans le contexte de la Commission de l’océan Indien. Nous avons également notre rôle à jouer dans le cadre de l’IORA. Nous voulons créer un cadre régional plus large pour partager nos connaissances et nos informations.
Des recherches pétrolières ont déjà commencé dans la zone économique des Seychelles. Pouvez-vous nous en parler ?
Une campagne a été entreprise par la compagnie australienne WHL Energy en partenariat avec une entreprise britannique. Elle est très avancée. La compagnie australienne a déjà effectué une étude très étendue dans la zone économique des Seychelles et a pris une option pour débuter le forage en 2015. Les grandes compagnies comme BP, Shell et Total se concentrent sur l »exploitation. Les recherches, elles, sont effectuées par des compagnies spécialisées, à l’instar de WHL Energy.
La mort du ressortissant Harmon Chellen aux Seychelles a-t-elle été évoquée avec les autorités mauriciennes ?
La question a été évoquée, mais cela n’affecte en rien nos relations sur le plan diplomatique. Nous sommes très clairs à ce sujet. Nous sommes prêts à accueillir une nouvelle enquête. Les policiers des Seychelles sont prêts à travailler avec leurs homologues mauriciens. Des déclarations basées sur l’interprétation ont été faites. Personnellement, je crois que c’était un incident tragique. Malheureusement, Harmon Chellem est décédé et ne peut pas nous dire ce qui s’est passé. Il est important que nous ne nous livrions pas à trop de spéculations. Laissons la police seychelloise et celle de Maurice faire ensemble leur travail.