Cela fait maintenant plus d’une année et demie que Philippe Boudou a troqué son costume de président de l’Union Sportive de Beau-Bassin/Rose-Hill contre celui de conseiller municipal avant de devenir adjoint au maire, en fin de l’année dernière. En matière de sport, c’est quelqu’un qui s’y connaît. Mais pour lui, c’était aussi très important d’avoir des personnes compétentes et qui ont une longue et riche expérience en matière d’organisation. Il parle là de Myrna Lapierre, présidente du comité organisateur. Avec l’équipe en place, il déclare n’avoir aucun doute que ces Jeux seront un succès, d’autant a-t-il constaté un engouement certain au niveau des différents quartiers de la ville.
Philippe Boudou, expliquez-nous l’idée derrière l’organisation de ces Jeux des villes ?
– Lorsque nous avons commencé à discuter de l’organisation de ces Jeux, l’idée était de relancer le sport dans les villes qui, il faut l’avouer, tournait au ralenti depuis un très long moment. En ce faisant, nous avons aussi voulu relancer le processus de régionalisation que nous considérons n’avoir pas eu toutes les chances de réussir. Nous avons d’ailleurs exigé que tous les athlètes soient tous des licenciés de leurs fédérations et résidant  leur ville respective. Les athlètes se sentiront alors plus concernés à défendre les couleurs de leurs villes. Nous sommes convaincus que cela aidera à créer ce sens d’appartenance, non seulement pour l’athlète, mais pour le citadin également.  Organiser une compétition ne permet pas une telle situation, mais sur toute une semaine et l’ambiance de fête qui va prévaloir, il est clair qu’il y aura un éveil de conscience.
— Le maire a parlé d’un budget de Rs 4M. Comment êtes-vous parvenus à réunir une telle somme ?
– Le financement vient en partie de l’AUA, alors que l’autre partie vient du ministère des Administrations Régionales. Chaque ville reçoit Rs 400 000 qui servira aux frais de préparation et de participation.
— Un projet de Jeux des villes et des villages pour 2015 a aussi été évoqué. Qu’en est-il exactement ?
– Lors des discussions, le ministre des Administrations Régionales (Hervé Aimé) a fait une proposition pour qu’il y ait des Jeux des villes et des villages. Un budget de Rs 20M a même été évoqué pour ce projet. Somme qui sera ensuite répartie au niveau des 13 régions pour l’organisation des Jeux des villes et des villages. Il n’empêche que rien n’a été décidé à ce jour. J’ajouterai à titre personnel qu’organiser des Jeux communs villes et villages demeurent très difficile, voire trop demanding. Pour l’heure, l’AUA organisera des Jeux des villes en 2015 à Vacoas/Phoenix.
— Pensez-vous déjà à une régionalisation des Jeux avec une participation réunionnaise et autre seychelloise ?
– Pas pour le moment. Nous nous concentrons sur l’organisation des présents Jeux et sur nos objectifs qui est de relancer le sport dans les villes et de redonner une nouvelle chance à la régionalisation de réussir. On verra par la suite s’il faudra voir plus loin.
— Ete- vous satisfait des préparatifs à un mois du coup d’envoi ?
– Sincèrement oui. Je dirai d’abord que nous avons la chance d’avoir avec nous quelqu’une de la trempe de Myrna Lapierre, laquelle a une longue et riche expérience en la matière. Elle est, de plus, entourée des personnes telles que Antoine Grenouille, Daniel Capiron, Jean-Claude Laverdure et autre Philippe Lapierre. Sans compter les compétences qui travaillent dans l’ombre au sein du comité organisateur et les membres du comité de co-ordination de la mairie, composé de cadres et employés de la mairie de BB/RH
— Vous qui avez été pendant très longtemps dirigeant sportif, comment voyez vous ces Jeux ?
– Ces Jeux seront une réussite. J’en suis certain. Il n’y a qu’à voir l’engouement que suscitent déjà ces Jeux pour s’en rendre compte. On sent monter la passion et une détermination à tous les niveaux. Avec la collaboration des autres mairies, athlètes, entraîneurs, citadins et membres du comité organisateur et bénévoles, je n’ai aucun doute que nous réussirons.