Le constable Mahaboob Wahedally, qui était recherché par la police depuis vendredi, s’est constitué prisonnier ce matin au QG du Central CID. Il était accompagné de son homme de loi, Me Mamade Bocus. Ce policier, interdit de fonctions, est soupçonné d’être le cerveau d’un gang qui a endommagé des salles vertes érigées pour accueillir des pèlerins se rendant ou retournant du pèlerinage de Maha Shivaratree ou encore des banderoles dans la région de Vacoas, plus particulièrement à Quinze-Cantons.
Ces incidents avaient fait monter la tension en fin de semaine dernière, au point où le Premier ministre Navin Ramgoolam en a fait état lors de son discours au Ganga Talao vendredi soir. Le principal suspect, qui a été impliqué dans ces incidents par deux complices, se préparait à faire valoir son droit au silence lors de l’interrogatoire de la journée mené par le trio composé des assistants commissaires de police Pregassen Vudamalay et Heman Jangi et du surintendant Yashdev Cali.
Sur instructions du commissaire de police Dhun Iswur Rampersad, le Central CID s’est vu confier la responsabilité de cette enquête avec à la clé les délits de Stirring Racial Hatred et de troubles à la paix publique. Dans un premier temps, en passant en revue les étapes initiales enclenchées au niveau du poste de police de Vacoas au sujet de ces incidents survenus dans la nuit de jeudi à vendredi, les limiers du Central CID devaient noter de graves « inconsistencies ».
En effet, la plaque d’immatriculation du véhicule de couleur rouge utilisé par les suspects, relevée dans le Dairy Book du poste de police de Vacoas, a été falsifiée de manière intentionnelle. Une vérification des fichiers informatiques de la National Transport Authority a confirmé que la plaque d’immatriculation indiquée était celle d’une motocyclette et non d’un véhicule à quatre roues. Soupçonnant un Foul Play avec la confirmation de la victime qu’elle avait bel et bien mentionné la véritable immatriculation du véhicule au poste de police dans son Statement, les deux policiers de service, le sergent Shakeel Dusoruth (33 ans), habitant Phoenix, et la Woman Police Constable Sharon Lamarque (24 ans), de Forest-Side, ont subi des interrogatoires serrés samedi après-midi.
Les deux policiers ont été les premiers à être appréhendés et placés en détention provisoire dès samedi soir. Ils sont soupçonnés d’avoir délibérément falsifié le Statement dans le Dairy Book concernant la plaque d’immatriculation du véhicule en vue de brouiller toute enquête subséquente pour retracer les coupables. Les explications fournies sont considérées comme étant frivoles. Ils sont provisoirement inculpés du délit de « Conspiracy to stir racial hatred ». Entre-temps, des membres du central CID s’étaient mis sur la piste des suspects, dont le policier Wahedally, habitant Quinze-Cantons.
Les descentes policières avec un encadrement de membres du Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM) n’ont pas permis de localiser le policier en fuite. Dans la nuit de samedi à dimanche, pas moins de six arrestations ont été effectuées à des fins d’interrogatoire. Trois des prévenus, Ullah Hossany, Ziyaad Wodedally et Reza Lollmohamed, ont été placés en garde à vue suite à leur comparution devant la Bail and Remand Court dans la journée de dimanche.
Deux des trois complices de dimanche sont passés aux aveux quant à leur participation aux incidents de jeudi soir dans la région de Vacoas et ont impliqué le constable Wahedally dans cette affaire. Ce groupe avait endommagé des salles vertes pour les pèlerins se rendant au Lac Sacré et également des banderoles placées sur les routes à cette occasion. Des pèlerins ont également été intimidés par ces actes de violence dans la soirée de jeudi.
L’enquête policière se poursuit avec le constable Wahedally présenté en Cour de Curepipe et reconduit en cellule policière.