La Muslim Youth League organise demain soir une réunion au centre Idriss Goomany à Port-Louis. Y sont conviés les députés musulmans de tous les partis politiques, des maulanas et des prêtres catholiques. « La réunion devrait déboucher sur la création d’une plateforme best losers », a déclaré au Mauricien un des organisateurs Siddick Samtally.
Siddick Samtally a exprimé des réserves devant l’annonce de l’élimination éventuelle du système de best losers. « Nous réclamons que des garanties formelles en faveur de la représentativité de toutes les composantes de la population figurent dans la Constitution. »
Reza Uteem, qui représentera le MMM, a souligné la nécessité que l’introduction d’une alternative au système de best losers soit couplée d’une garantie écrite dans la constitution selon laquelle toutes les composantes de la population sont représentées au Parlement proportionnellement à leur représentation dans la population.
Le porte-parole de l’Union chrétienne Benjamin Moutou s’élève par ailleurs contre la démarche du Blok 104 et l’abolition du système de best losers. « Le fait brutal est qu’en 43 ans d’indépendance, rien n’a été fait pour oeuvrer vers l’émergence d’une nation. Chaque jour on assiste à travers les medias à un véritable morcellement culturel sous le prétexte de l’unité dans la diversité. Force est de souligner que pendant le plus clair de l’occupation britannique, les communautés ont vécu en cloisons étanches dans un semblant de convivialité mais tout reposait sur le fair play des autorités Britanniques. La peur de l’écrasement ethnique à l’heure de l’indépendance a donné naissance au Best Loser System un moins mal pour garantir un semblant de représentativité juste et équitable au Parlement », écrit-il au Mauricien.
« On peut dire oui à l’abolition du best loser system à condition de trouver un autre mécanisme qui garantira une juste et équitable représentation des minorités. L’Union Chrétienne s’oppose donc à une fin de non recevoir la démarche d’abolir le best loser system dans sa forme présente. »  Benjamin Moutou rappelle que la Commission Trustam / Eve de 1958 a bien constaté de visu qu’il y avait des communautés distinctes à Maurice.  
Lors de la rencontre entre Navin Ramgoolam, Rashid Beebeejaun, Paul Bérenger et Alan Ganoo, le gouvernement et l’opposition sont par ailleurs tombés d’accord sur pratiquement tous les éléments de la réforme électorale et sur l’élection de 62 députés selon le système First-past-the-post (FPTP), à ceux-là s’ajouteront 20 autres sur une base proportionnelle à partir d’un Party List System. Le Ptr et le MMM sont aussi d’accord que le seuil pour qu’un parti soit qualifié à faire passer un candidat soit de 10 %. Ils ont pris note que le MSM et le PMSD ont quant à eux exprimé des réserves à ce sujet.
Le principal point sur lequel un accord doit être trouvé reste la question de best-losers. La proposition du PM concernant l’abolition des best-losers sur une base expérimentale fait l’objet de réflexion. Il insiste sur le fait que les candidats aux élections ne doivent pas décliner leur appartenance ethnique.
La question a été évoquée mardi au bureau politique du MMM. Paul Bérenger est revenu sur sa position concernant le maintien du système qui, selon lui, est appelé à connaître sa propre mort après l’introduction du nouveau système électoral avec une dose de proportionnelle. Il a insisté sur le fait que même si les candidats aux élections ne devraient plus décliner leur appartenance ethnique, la Commission électorale dispose des moyens nécessaires pour s’assurer de la représentativité équitable de toutes les communautés au parlement avec la nomination de quatre ou six parlementaires selon un système de best losers.