Le MMM et le PTr étant « d’accord, dans les faits, à 100% pour une bonne réforme électorale », Paul Bérenger, leader de l’Opposition et du MMM, souhaite désormais que le chef du gouvernement et leader du PTr, Navin Ramgoolam, confirme la présentation, à la prochaine rentrée parlementaire, du projet de loi y relatif. M. Bérenger souhaite, de même, que le Dr Ramgoolam « précise sa position » par rapport à la seule question qui demeure, à ce jour, au chapitre de ce projet de Réforme électorale: le Best Loser System. Pour lui, il règnerait « une situation malsaine dans le pays » en raison justement de ce que le leader du MMM estime être les « zigzags » du leader du PTr par rapport à sa position sur le BLS.
M. Bérenger soutient que, « dans les faits », le MMM et le PTr sont « d’accord à 100% » pour une « bonne réforme électorale » avec comme noyau dur (i) une nouvelle Assemblée nationale comprenant 20 députés élus à la proportionnelle pour un Parlement comptant, au total, 82 membres; (ii) un seuil minimal de 10% pour chaque parti ou alliance de partis en vue d’aspirer à, au moins, un des 20 sièges devant être alloués selon le système de Représentation Proportionnelle (RP) adopté, et (iii) une réelle promotion de l’engagement des femmes en politique avec l’obligation faite à tous les partis qui s’affronteront aux Législatives d’aligner au moins une femme sur les trois candidats présentés dans chacune des 20 circonscriptions  de Mainland Mauritius.
« Une telle réforme est très importante pour le pays », insiste le leader de l’Opposition. Il soutient que la dose de proportionnelle souhaitée tant par le MMM que par le PTr ne pourra que (i) faire reculer le communalisme lors de l’organisation même de chaque élection; (ii) promouvoir la démocratie par le biais d’une meilleure représentativité numérique de chaque parti en fonction du nombre de suffrages réellement exprimés en leur faveur, et (iii) augmenter de façon appréciable la participation des femmes en politique. Maintenant que, déclare Paul Bérenger, le PM et leader du PTr est de retour au pays, son souhait est que Navin Ramgoolam « confirme » la présentation du projet de loi relatif à cette « bonne réforme électorale » doublement souhaitée par le MMM et le PTr « à la prochaine rentrée parlementaire » prévue pour le 20 mars.
Le leader du MMM – qui trouve que, ces derniers temps, son vis-à-vis du PTr « s’est donné des airs de moderniste » – estime que toute la population « et particulièrement les femmes » verront le « vrai visage du Dr Ramgoolam » si ce dernier se dérobait « sous prétexte du maintien ou pas du Best Loser System » ou encore sous la pression de ce que M. Bérenger qualifie de « lobbies réactionnaires. » C’est ainsi qu’il souhaite que le PM et leader du PTr « précise sa position » par rapport à la seule et unique question qui demeure, à ce jour: celle du Best Loser. Pour lui, il règnerait « une situation malsaine dans le pays » en raison, justement, de ce que Paul Bérenger estime être les « zigzags » de Navin Ramgoolam à propos du Best Loser System.
M. Bérenger profite, au passage, pour démentir les propos du Dr Ramgoolam à Phoenix, dimanche dernier, à l’occasion de la fête célébrant la naissance du Saint Prophète de l’Islam, Mahomet (Mohammed), à l’effet qu’il (Navin Ramgoolam) serait le premier chef du gouvernement à avoir fait place au cabinet des ministres pour quatre musulmans. Il rappelle que depuis l’indépendance en 1968, la première fois qu’une telle chose s’est faite fut en juin 1982 au terme du premier 60/0 remporté par l’alliance MMM/PSM d’alors. Sur la question spécifique du Best Loser System, Paul Bérenger soutient que nul ne connaît la position exacte de Navin Ramgoolam. Pour ce qui concerne le PMSD de Xavier Duval qui, après avoir accepté la chose, explique maintenant qu’il est pour un rabaissement du seuil minimal de 10% des suffrages nationaux en vue de profiter de sièges alloués à la proportionnelle, le leader du MMM dit « ne pas s’en étonner. »
Ironique, sous ce rapport,  il soutient que, même si l’on rabaissait jusqu’à 3% ce seuil, le parti de M. Duval « ne serait même pas capable de se faire désigner, ne serait-ce qu’un seul député, selon la Représentation Proportionnelle (RP). » Le leader du MMM juge, de même, « déplacé » le commentaire du leader du MMSD, Eric Guimbeau, comparant le Best Loser System à l’apartheïd en Afrique du Sud, à l’époque. « Je préfère croire, dit-il, que l’opposition du MMSD au maintien du Best Loser System tient au fait qu’Eric Guimbeau est réellement animé par un désir sincère de voir, dans les faits, se construire l’Unité nationale. »