Le projet de réforme électorale fera demain l’objet d’une rencontre entre le Premier ministre Navin Ramgoolam et le leader de l’opposition Paul Bérenger. Les consultations se multiplient quant à elles avec, d’une part, les principaux acteurs politiques et d’autre part, Rama Sithanen qui dit s’être engagé dans une action citoyenne. L’ancien VPM et ministre des Finances doit d’ailleurs rencontrer demain le leader du MSM Pravind Jugnauth pour une session de travail dans le cadre de la préparation de son rapport sur la réforme électorale.
Le leader du MMM s’est entretenu lundi avec les deux partenaires attitrés de son parti, Ashock Jugnauth et Éric Guimbeau. Paul Bérenger a rencontré le même jour Rama Sithanen. Il a eu ces derniers jours au moins trois conversations téléphoniques avec le Premier ministre qu’il rencontrera demain et a discuté hier avec le leader du MSM Pravind Jugnauth.
Pour sa part, Navin Ramgoolam a déjà eu deux longues sessions de travail avec Rama Sithanen. La réforme électorale reste le dénominateur commun de ce chassé-croisé qualifié d’« enrichissant » de part et d’autre. L’ébullition en cours présente les signes d’une « window of opportunity » pour la réforme électorale à condition que personne ne recule devant la pression de puissants lobbies.
Les consultations sur la réforme électorale n’empêchent pas cependant les partis de l’opposition d’affûter leurs armes en vue des prochaines élections municipales et villageoises et d’éventuelles élections générales. Ces sujets ont été évoqués par Paul Bérenger avec Pravind Jugnauth. Le MMM et le MSM se préparent ainsi activement pour cette joute électorale afin de « nettoyer les municipalités ». Entre-temps, le MMM travaille activement sur sa liste de candidats à ces élections.
Lors des discussions entre les dirigeants du MMM et du MSM, il a également été question du « remake 2000 », soit un partage de pouvoir entre sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger. Aux journalistes qui l’interrogeaient à ce sujet samedi, Paul Bérenger s’est contenté de dire : « Remake, c’est remake. » Prenant en ligne de compte que sir Anerood Jugnauth est encore président de la République, il a rappelé qu’à ce stade le bureau politique de son parti s’était contenté d’approuver à l’unanimité le principe du « remake 2000 ».
Toutes ces questions seront d’autre part évoquées vendredi à la réunion du bureau politique du MSM.