Women in Politics souhaite un débat national sur les recommandations de l’expert Carcassonne dans son rapport sur la réforme électorale. La plateforme, émanant de Women in networking, a tenu une conférence de presse à Port-Louis ce matin pour en parler.
« À première vue, les propositions du rapport Carcassonne semblent fort intéressantes. Cela donne un nouveau souffle à notre système électoral qui sera plus juste », fait ressortir Arti Gulrajani-Desscann, Deputy Champion de Women in Politics (WIP). Elle affirme cependant qu’il faudrait aller plus en profondeur dans le cadre de l’application de ces recommandations. Comme cela touche toute la population, elle affirme qu’il faudrait un débat national. Une idée soutenue par Jane Valls, coordonnatrice nationale de Women in networking (WIN). « II faudrait organiser une table ronde nationale avec un débat dépassionné et apolitique sur le sujet car il y va de l’avenir du pays. » Selon Jane Valls, il faudrait que toutes les composantes de la société se retrouvent dans le nouveau système après la réforme.
Mme Gulrajani-Desscann observe quant à elle que WIP est satisfaite des propositions qui garantiraient « une meilleure représentativité des femmes à l’Assemblée nationale. Les deux candidats apparaissant en tête de chaque liste doivent obligatoirement être de sexe différent ». Elle constate cependant que cette recommandation ne sera pas « un saut quantitatif ». Selon elle, « les partis politiques devront s’assurer que, sur leur liste, un candidat sur deux soit une femme ». L’intervenante souhaite que ce rapport ne soit pas un de plus qui viendrait s’ajouter à ceux qui se trouvent dans un tiroir.
Prenant la parole à son tour, Paula Atchia, la dirigeante de WIN, a souligné que sans une révision du découpage des circonscriptions, il n’y aura pas de changement sur les electoral boundaries. Elle affirme que les femmes constituent un puissant lobby et les encourage à poursuivre la lutte. Elle lance un appel pour que lors des prochaines élections régionales ou législatives, les femmes continuent à voter pour les candidats féminins.
La WIP Champion Nushrat Gunnoo devait s’appesantir sur les amendements apportés à la Local Government Act en félicitant le gouvernement, l’opposition et le président de la République sir Anerood Jugnauth. « C’est un grand pas pour la d?mocratie mauricienne », soutient-elle en attribuant « ce succ?s » ? WIN/WIP et à toutes autres associations ou ONG qui ont milité pour une meilleure représentativité de la femme en politique. Elle affirme que désormais, c’est aux politiques de démontrer leur volonté à adopter cette loi. WIP continue sur sa lancée pour former les femmes et promouvoir leur participation en politique. « Participez dans les prises de d?cisions qui concernent votre ville ou votre village. Ces d?cisions qui affectent surtout votre quotidien », lance-t-elle aux femmes. Elle précise que dans cette optique, il est urgent de conscientiser la population sur l’importance d’avoir une meilleure représentativité des femmes. « C’est aussi ? l’?tat de s’assurer de cette ?ducation civique », soutient-elle. Nushrat Gunnoo conclut que « les partis politiques ne pourront pas dire qu’il n’y a pas assez de femmes. Ils ont toujours pu compter sur la contribution des activistes femmes et des ailes f?minines ».
À ce jour, WIP a formé 215 femmes prêtes à s’engager pour les élections municipales et villageoises, fait ressortir Megha Venkatasamy, secrétaire de WIP. Ces formations se poursuivront l’année prochaine.