Intervenant ce matin au Domaine Les Pailles au premier atelier sur la réforme du secteur de l’eau à Maurice, animé par des consultants singapouriens, le vice-Premier ministre et ministre des Services publics a réitéré la volonté du gouvernement de réformer ce secteur. Estimant que l’eau est « trop bon marché », Rashid Beebeejaun indique avoir demandé aux Singapouriens de revoir les tarifs d’eau. Il a aussi réfuté la rumeur qu’il y aurait une fuite à Mare-aux-Vacoas.
« L’eau est trop bon marché à Maurice. Si bon marché que personne ne fait attention à son utilisation ! » a lancé Rashid Beebeejaun devant une assistance composée principalement des consultants de la Singapour Corporation Enterprise et du Singapour Public Utilities Board et des représentants des corps para-étatiques mauriciens engagés dans le secteur de l’eau, dont la Central Water Authority, la Water Resources Unit, la Wastewater Management Authority et l’Irrigation Authority. « Nous comptons sérieusement revoir les tarifs d’eau avec l’aide de nos amis singapouriens », a ajouté le ministre des Services publics. « Ceci doit être fait en concertation avec tout le monde ! »
Le ministre a soutenu que la sécheresse, qui sévit actuellement à Maurice, est beaucoup plus sévère que celle de 1999. « Durant cette période, on avait dit qu’en 2050 Maurice allait être une “water stressed zone”. Malheureusement, c’est actuellement que nous vivons cette situation. Nous devons donc prendre des mesures », a-t-il précisé. « En 1999, un opérateur privé avait commencé une réforme du secteur de l’eau dans le pays. Mais on n’est pas allé de l’avant avec cette réforme lorsque le gouvernement a changé en 2000. Maintenant, nous allons poursuivre le travail commencé… » La nécessité d’investir pour les générations à venir a aussi été évoquée.
Évoquant sa récente visite à Singapour, Rashid Beebeejaun a déclaré qu’il a appris trois choses. « D’abord, nous devons changer notre mentalité (“mindset”). Cela ne va pas se faire en un jour, mais cela doit se faire ! Puis, le problème d’eau ne peut trouver de solution qu’avec le concours de tout un chacun. Chacun doit comprendre que c’est “son” eau et qu’au final, c’est le citoyen qui en est le propriétaire et qu’il doit en prendre grand soin. Et enfin, si vous n’investissez pas maintenant dans la technologie, les ressources humaines et une planification à long terme, vous n’allez pas réussir. »
Dans un autre ordre d’idées, le ministre a réfuté les rumeurs selon lesquelles il y aurait une fuite à Mare-aux-Vacoas. « Il n’y a aucune preuve jusqu’ici qu’il y a une fuite dans ce réservoir. Mais s’il y a quelqu’un qui a ces preuves qu’il me laisse savoir », a-t-il lancé. « Nos besoins en eau ont augmenté et les gens utilisent par tête d’habitants plus que ce qu’ils consommaient auparavant. Les gens doivent comprendre que l’eau n’est pas une ressource sans limite et qu’il faut savoir l’utiliser judicieusement. »
Auparavant dans son introduction, la Permanent Secretary au ministère des Services Publics, Mme Nabadsing a expliqué que ce projet de réforme totale de la gestion de notre secteur d’eau (“Integrated Water Management Project for Mauritius”) est le fruit de discussions de très haut niveau entre les autorités mauriciennes et singapouriennes. Elle a expliqué que le projet vise à élaborer un plan stratégique, un cadre institutionnel et stratégique pour les opérations et l’entretien de nos ressources en eau. « Ce premier atelier est le début d’un dialogue avec tous ceux concernés (“stakeholders”). Il dégagera des actions concertées et une nouvelle vision pour le secteur de l’eau à Maurice. »
Mme Nababsing a fait état des quatre objectifs du projet : une distribution d’eau 24/7, une réduction de la « non-revenue water », une amélioration de notre système d’eau dans son ensemble et une planification pour répondre aux besoins croissants et changeants de la population mauricienne en eau.
Alvin Lim, le leader des consultants singapouriens, a ensuite fait une brève présentation du projet.