Ces bateaux quitteront ces jours-ci le port de Grand-Baie pour mettre le cap sur Port-Mathurin, où ils sont attendus avec impatience.
Cela fait dix ans que face à la dramatique diminution du poisson dans le lagon, les pêcheurs rodriguais rêvent de pouvoir s’offrir des bateaux pouvant leur permettre d’aller pêcher en pleine mer. Le projet avait fait l’objet d’intenses débats au sein des coopératives de pêcheurs, mais faute de moyens financiers pour le réaliser, il avait été rangé dans les tiroirs. De temps à autre, il était soumis aux autorités compétentes mauriciennes et, à travers elles, aux organismes de financement internationaux sans succès. Jusqu’à l’année dernière, quand on apprend que l’International Fund for Agricultural Development accepte de financer le projet à travers le gouvernement mauricien.
En août 2010, le Central Tender Board fait publier des appels d’offres pour fournir aux coopératives de pêche de Rodrigues cinq bateaux de 45 pieds de long et de 15 pieds de large. Le CTB reçoit trois offres, les deux premières proposant des bateaux fabriqués au Sri Lanka et la troisième de les fabriquer à Maurice. C’est la troisième offre, émanant d’Unienville Boating et proposant la construction des bateaux à Maurice pour une somme de Rs 54 millions qui sera retenue.
D’Unienville Boating est une petite entreprise de construction de bateaux dont les origines remontent à 1912. Au fil des ans, ses promoteurs se sont succédé pour faire l’entreprise devenir un des trois principaux fabricants de bateaux mauriciens. Ce sont les frères Benoît et Didier d’Unienville qui dirigent aujourd’hui l’entreprise, dont le chantier se trouve à Forbach. En sus de leur équipe d’ouvriers, ils ont engagé France et Jean Michel Fleury ainsi que Claude Marimootoo pour mener à bien le projet des bateaux de pêche qui a nécessité six mois de travail. Les premiers mois ont été consacrés à la fabrication des moules, les derniers à la construction des bateaux, tandis que le fine tuning et les essais en mer sont faits depuis deux semaines, respectant les délais de l’appel d’offre.
Les cinq bateaux de pêche se trouvent actuellement au Sunset Boulevard de Grand Baie où ils sont admirés par les spécialistes et les amateurs de pêche. Ils sont dotés des tout derniers outils de navigation et de communication — radar, sonar, radio émetteur, GPS —, ont une capacité de quatre tonnes dans leurs cales, une autonomie de 2 500 miles nautiques et peuvent transporter un équipage de six personnes. Les cinq bateaux mettront cette semaine le cap sur Port-Mathurin où ils seront remis aux cinq coopératives de pêche, puis baptisés avant d’entamer leur première campagne.
Grâce à D’Unienville Boating, Rodrigues dispose désormais de sa première flottille de pêche de son histoire. Un exemple de coopération réussie entre Maurice et Rodrigues.