L’Union des Chambres de Commerce et d’Industrie de l’océan Indien (UCCIOI) veut pousser la réflexion plus loin sur six axes de coopération entre les îles du sud-ouest de l’OI. Elle a donné son aval, lors de la 7e édition du Forum Économique des îles qui s’est tenue du 24 au 26 octobre dernier à Fort Dauphin, Madagascar, à la constitution de différents ateliers de travail pour se pencher sur le développement de ces axes tout en recherchant l’appui de la Commission de l’océan Indien (COI) dans certains domaines.
L’UCCIOI a effectivement voté quatre résolutions à Fort Dauphin dont l’une porte justement sur la mise sur pied des ateliers de travail qui viendront complémenter celui sur le projet Îles Vanille touchant l’industrie touristique. Les membres de l’UCCIOI veulent engager une réflexion approfondie sur les thèmes suivants : gestion des déchets, transport maritime et aérien, sécurité alimentaire, innovation et nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les trois autres résolutions ont trait à certains thèmes précités, soit des demandes d’appui à la COI pour a) un recensement des besoins des îles en matière de gestion des déchets, b) une structuration de la chaîne de l’innovation et c) pour inciter les États membres de la COI à créer un environnement des affaires sain et à démontrer une politique forte de démocratisation de l’accès à l’internet.
Organisé avec l’étroite collaboration de la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Fort dauphin, le forum économique des îles de l’OI a donné l’opportunité aux quelque 300 participants, dont une quinzaine venant de Maurice, de discuter de divers sujets de coopération éventuelle entre les pays de la région et des projets de partenariat entre hommes d’affaires de l’OI et possiblement avec ceux d’autres régions. Plusieurs questions d’intérêt régional ont été évoquées : l’impact de l’initiative tripartite SADC-COMESA-EAC sur la région, l’innovation dans l’océan Indien, l’avancement du projet Îles Vanille, le développement du transport aérien et maritime, des TIC, la gestion des déchets, l’arbitrage et la résolution des conflits aux niveaux commercial et industriel, la sécurité alimentaire et le renforcement des capacités institutionnelles. Les dirigeants de la Grande Île ont aussi eu l’opportunité de présenter le cadre et les secteurs potentiels d’investissement.
Améliorer l’accès aérien
Le forum a été officiellement ouvert par le Premier ministre malgache, Camille Vital, en présence de plusieurs personnalités dont les ministres des Affaires étrangères et du Commerce de la Grande Île, Yvette Sylla et Eva Razafimandimby, l’ambassadeur de France à Madagascar, Jean Marc Châtaignier, et le vice-président de la Région-Réunion, Frédéric Cadet. Il a été en grande partie présidé par Marday Venkatasamy, président en exercice de l’UCCIOI. Ce dernier a rappelé d’emblée que le forum économique des îles est surtout un de création de plates-formes sectorielles, faisant, entre autres, référence à la promotion de l’océan Indien comme destination touristique commune sous le label Îles Vanille. Marday Venkatasamy s’est félicité de l’intensité de l’engagement des six offices du tourisme pour que ce projet soit une réalité. Il a, cependant, mis à nouveau l’accent sur la nécessité d’améliorer l’accès aérien entre les îles, en termes de fréquence et de compétitivité de l’offre.
Le président de l’UCCIOI a observé que les compagnies aériennes font face à des difficultés et a fait ressortir qu’il n’y aura pas d’Îles Vanille « sans accès aérien compétitif ». À ce propos, il signalera que les taxes et surcharge représentent la moitié du prix du billet d’avion pour les participants au forum. « Si nos gouvernements respectifs croient et veulent renforcer la coopération régionale, ne doivent-ils pas revoir les taxes et surcharges sur les vols régionaux », s’est demandé Marday Venkatasamy.
Parlant des TIC, il a indiqué que le coût d’accès à l’internet dans certaines îles est loin des coûts pratiqués en Europe. Il a posé la question de savoir s’il y a lieu d’avoir une meilleure exploitation des câbles existants ou d’envisager la pose de nouveaux câbles. Par ailleurs, Marday Venkatasamy a souhaité une coopération poussée dans les domaines de la gestion des déchets, de la sécurité alimentaire et du transport maritime, entre autres.
Marday Venkatasamy reste président de l’UCCIOI jusqu’aux prochaines élections du conseil de direction, prévues à la fin de ce mois. Il passera le témoin à un autre dirigeant après trois années à la tête de l’Union.