Le ministre du Travail et des Relations industrielles a réuni la presse hier après-midi pour féliciter le board de la Mauritius Broadcasting Corporation de sa décision de réintégrer Rehana Ameer à son poste avec effet immédiat. Shakeel Mohamed soutient toutefois qu’il est ravi qu’il n’y a pas eu d’intervention du gouvernement.
Après la décision du board de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) de réintégrer la syndicaliste Rehana Ameer, le ministre du Travail et des Relations industrielles Shakeel Mohamed a voulu s’exprimer sur cette affaire. « Je suis heureux parce qu’il n’y a eu aucune intervention du gouvernement… Nous avons fait tout ce qui était possible d’après la loi », a déclaré le ministre du Travail en précisant qu’aucune législation n’oblige un employeur à reprendre un employé.
Rehana Ameer avait rencontré le Secretary to Cabinet et le Head of Civil Service pour trouver un terrain d’entente, mais elle avait refusé les propositions, n’étant pas satisfaite. Après la requête des syndicalistes, le Premier ministre a demandé au board de la MBC d’avoir un « fresh look at the case » et « to take further consideration to the matter ».
Shakeel Mohamed a affirmé que son leader du Gouvernement, qui a demandé une nouvelle considération de cette affaire, a agi en toute « humanité », en estimant que tout le mérite revient à Navin Ramgoolam. « Le PM n’a toutefois pas donné l’ordre à la MBC de reprendre Rehana Ameer et cela pour le respect des institutions », a poursuivi le ministre du Travail.
Le Fact Finding Committee et les findings de l’ancien magistrat Denis Vellien ont, selon Shakeel Mohamed, été très critiques à l’égard de la MBC et aussi de Rehana Ameer. « Nous aurions pu éviter tout cela dès le début de cette affaire l’année dernière », a déclaré le ministre du Travail. Et d’ajouter que le dialogue doit primer avant tout et qu’il ne faut pas demander l’intervention politique à chaque problème.
Suite aux questions du Mauricien, Shakeel Mohamed affirme que l’action en cour industrielle de son ministère contre la station de télévision nationale pour non comparution après avoir reçu un summon se poursuivra l’année prochaine. « L’un n’explique pas l’autre… Il est important que la loi soit respectée ! », soutient le ministre de tutelle. Il ajoute qu’il espère toutefois qu’il y aura dorénavant une meilleure relation industrielle à la MBC.
Répondant à une autre de nos questions sur une éventuelle compensation pour Rehana Ameer, le ministre du Travail a soutenu que la décision revient au board de la MBC. Ce sujet n’a toutefois pas encore été soulevé. « J’ai dit dès le début de cette affaire que Mme Ameer fait l’objet d’une injustice », explique le ministre Mohamed, en ajoutant qu’il est rassuré que le syndicaliste Jack Bizlall n’est pas allé de l’avant avec la grève de la faim, qui aurait dû commencer aujourd’hui.