L’entente entre l’entraînement Rameshwar Gujadhur et Akash Aucharuz n’aura finalement pas tenu longtemps. Le divorce a été consommé à l’issue de la sixième journée avec comme raison avancée, le manque de résultats du cavalier mauricien. L’état-major était en négociation avec le Malaisien Benedict Woodworth et le Sud-Africain Andrew Fortune pour le remplacer, mais la double demande inofficielle a été rejetée par les administrateurs après avoir étudié  la fiche technique de ces deux cavaliers.
La situation n’était pas au beau fixe depuis quelques semaines déjà, l’état-major de Rameshwar Gujadhur n’étant pas satisfait du rendement d’Akash Aucharuz qui n’a ramené qu’une victoire en six journées. En effet, le jeune cavalier mauricien fraîchement sorti de l’académie sud-africaine avec mention, ne brilla que sur Generous Gent lors du deuxième acte, tandis que son établissement ramena deux autres victoires grâce à Ashanti Gold, piloté à chaque fois par l’apprenti Marday. Les rumeurs circulaient bon train depuis quelques semaines déjà quant à une éventuelle séparation, mais Aucharuz avait été maintenu au poste. Après quatre journée consécutives infructueuses, le Mauricien a finalement reçu sa feuille de route. Aucharuz a vite rebondi puisqu’il a atterri chez Jean Michel Henry qui s’est également séparé du Français Davy Bonilla après la dernière journée.
Si, dans un premier temps, le nom de Noël Callow était cité avec persistance, les négociations pour signer le top jockey australien n’ont finalement pas abouti. Le Sud-africain Andrew Fortune, qui avait été aperçu dans les coulisses depuis quelques jours, avait déjà approché Rameshwar Gujadhur afin d’obtenir un emploi. En même temps, l’option de signer Benedict Woodworth, qui était attaché à Randhir Pertaub en 2014, mais aussi aux écuries Allet et Foo Kune dans le passé, s’était présentée. L’entraîneur a taté le pouls au MTC en faisant une demande inofficielle afin de savoir si un de ces deux jockeys obtiendrait le feu vert pour prendre de l’emploi chez lui, mais les principaux concernés au passé tumultueux, n’ont pas fait l’unanimité au sein du board.
Ce refus contraint l’assistant entraîneur Subiraj Gujadhur, celui qui s’occupe du recrutement d’un nouveau jockey, de changer de fusil d’épaule. Le nom de Ryan Wiggins a été évoqué. En attendant de trouver une fine cravache, son établissement devra faire confiance aux cavaliers locaux qui, il faut le dire, se tirent plutôt bien d’affaire en ce début de saison.