Le rachat du Indian Resort & Spa, situé sur la péninsule du Morne, par un groupe hôtelier espagnol, est synonyme d’incertitude pour 175 employés. Ces derniers ont été informés vendredi dernier que l’hôtel avait trouvé de nouveaux acquéreurs. Un groupe d’employés s’est rendu au courant de la journée au ministère du Travail pour porter plainte. L’hôtel cessera ses opérations le 21 juin prochain et les employés devront quitter les lieux la veille.
La nouvelle est tombée lors d’une réunion organisée par le Receiver/Manager Sattar Hajee Abdoola, de la firme d’experts-comptables Grant Thorton, le vendredi 13 dernier. Avec le rachat de l’hôtel par le groupe espagnol RIU Hotels & Resorts, ce sont 175 personnes, en majorité des femmes, qui se retrouvent sous la menace du chômage. Si pour le moment, rien n’a été officialisé sur papier, les employés ont été notifiés verbalement des derniers développements intervenus depuis la mise en liquidation de l’hôtel. À l’issue de cette réunion, les employés ont été notifiés que leur dernier jour de travail est fixé pour le 20 du mois et que l’hôtel sera fermé à partir du 21 juin pour des travaux majeurs de rénovation ; des travaux qui devraient coûter Rs 1 milliard, selon nos renseignements.
L’annonce de la fermeture avec un délai de 7 jours a été reçue comme une onde de choc. « Nous sommes psychologiquement très affectés depuis l’annonce de cette nouvelle, qui plus est, lors d’un vendredi 13 », fait remarquer une mère de famille. Ses collègues expliquent que le moral n’y est plus depuis. L’inquiétude gagne rapidement les esprits. « Nous avons des engagements financiers à honorer, la majorité des personnes travaillant dans l’hôtel ont des emprunts à la banque », affirme un employé. D’autres font remarquer que des époux et épouses travaillent dans le même établissement et certaines sont en voie de famille.
Les employés de cet établissement hôtelier du Morne ont également pris connaissance, vendredi dernier, des compensations proposées par le Receiver/Manager ; c’est-à-dire le paiement de 1) la totalité des salaires pour le mois de juin 2014, 2) d’un mois de préavis, 3) des local leaves, 4) du boni de fin d’année au prorata, et 5) de 10 jours de salaires par année de service à chaque employé.
Mais les employés rejettent catégoriquement les propositions faites par le Receiver/Manager. « Ce que nous voulons c’est que nos emplois soient préservés et que le nouvel acquéreur maintienne nos conditions et temps de service », expliquent-ils. « S’ils ont besoin d’aide pour la rénovation, nous sommes disposés à les aider », propose un autre. Un groupe de quinze employés s’est rendu au ministère du Travail, où ils ont soumis leurs doléances et en vue de solliciter les hauts cadres du ministère en vue de dégager une solution. « Nou pou contigne nou la lutte. Nou pou contacter tou bane autorite », assure l’un d’entre eux. Ces derniers tiendront un meeting d’information cet après-midi pour informer leur collègue des derniers développements de l’affaire.
L’hôtel Indian Resort & Spa, qui comprend 170 chambres, est l’un des hôtels du groupe Apavou qui avaient été placés sous receivership en début d’année. L’hôtel a trouvé repreneur avec le groupe espagnol RIU Hotels & Resorts, qui a acheté trois hôtels du groupe : Indian Resort, Mornéa et Moréva. L’hôtel la Plantation, lui, a été repris par Attitude Resorts.
Au niveau du ministère du Travail, l’on confirme qu’une réunion avec le Receiver/Manager sera organisée demain en présence des employés pour discuter des points litigieux.