Lors de la conférence de presse du PMSD, ce samedi, Patrice Armance est revenu sur la PNQ de mardi dernier à l’Assemblée nationale centrée sur « l’Explosive Proliferation of Psychoactive Substance », tant à Rodrigues qu’à Maurice. Après que le Premier ministre, Pravind Jugnauth a indiqué, au parlement, être « unaware » que les deux radars du port sont hors service, soit « broken », le député des bleus estime que « le port est aujourd’hui une entrée pour la drogue ».

« Aucune action n’est prise pour mieux sécuriser le port. Notre zone maritime est laissée à l’abandon. Si le PM ne prend aucune action, nous continuerons de soulever le dossier ».

Patrice Armance est d’avis que l’actuel gouvernement est tout simplement couper de la réalité en ce qui concerne la prolifération de la drogue au pays.

« Malgré toutes les recommandations du rapport de la drogue, le PM ne peut pas agir. Il prend ce problème à la légère et induit la population en erreur », affirme-t-il en ajoutant que le Pravind Jugnauth a perdu le combat contre la drogue.

Toujours en ce qui concerne le rapport de la commission sur la drogue, le député des bleus soutient qu’il y a un problème au sein de l’ADSU et que c’est le devoir des ministres et autorités responsables de venir de l’avant avec des actions pour y remédier. « Nous ne sommes pas d’accord qu’un rapport qui a couté des millions de roupies au contribuable est aujourd’hui encore à l’étude », regrette-t-il.

De plus, le président de la commission sur la pauvreté au sein du PMSD a également déploré le fait que la Journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre, est passée inaperçue à Maurice. « Cette journée existe aussi pour remettre en question le combat de Maurice sur la pauvreté. » Selon Patrice Armance, les vraies personnes qui combattent la pauvreté sont les ONG. « Ce sont eux qui sont sur le terrain et non le ministère de l’intégration sociale », soutient le député des bleus.